DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentats de Paris : l'union affichée par l'Europe, les Etats-Unis et la Russie


Autriche

Attentats de Paris : l'union affichée par l'Europe, les Etats-Unis et la Russie

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Les attentats commis à Paris ont été condamnés par les dirigeants réunis à Vienne pour les pourparlers sur la Syrie. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a jugé “plus que nécessaire de coordonner la lutte internationale contre le terrorisme”. Une position qui est celle défendue par l’Union européenne…

Federica Mogherini est la Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité : “Le message qui ressort de notre réunion d’aujourd’hui est encore plus fort que celui que nous avions délivré il y a deux semaines. La communauté internationale a besoin d‘être unie, parce que tous les pays représentés ici et tous les membres de la communauté internationale sont affectés de la même manière par la menace terroriste. La seule réponse possible, la seule réponse efficace, c’est l’union”.

Sur le dossier syrien, les Etats-Unis réclament le départ de Bachar al-Assad, contrairement à la Russie. Cela n’empêche pas John Kerry et Sergei Lavrov de parler d’une seule voix quand il s’agit de qualifier les auteurs des attentats de Paris.

John Kerry est le Secrétaire d’Etat américain : “Nous sommes témoins d’une sorte de fascisme qui est à la fois médiéval et moderne, qui n’a aucun respect pour la vie, qui cherche à semer la destruction, le chaos, le désordre et la terreur. Et la seule chose que nous pouvons dire à ces gens, c’est que leurs actes ne font que renforcer notre détermination à nous dresser contre eux et à nous battre pour l’Etat de droit, ce qui est exactement ce que nous devons faire ici.”

Sergei Lavrov est le ministre russe des affaires étrangères : “Je pense que nous devons fortement le réaffirmer : il n’y aura aucune tolérance envers les terroristes. Et il n’y a rien qui puisse justifier ces attaques terroristes; c’est d’ailleurs la position du Conseil de sécurité de l’ONU. Je crois qu’il n’y aura aucune excuse si nous ne faisons pas davantage pour vaincre Etat Islamique, le Front al-Nosra, et ce genre d’organisations.”

A Vienne, des manifestants regrettent qu’aucun représentant syrien n’ait été convié à la table des négociations. Et l’issue de ces pourparlers sera forcément influencée par les évènements qui se sont produits en France.

Andrea Hajagos est notre envoyée spéciale à Vienne : “Ceux qui sont là pour protester contre la guerre en Syrie ont aussi manifesté leur soutien au peuple français. Tout cela va sans doute mettre davantage de pression aux dirigeants présents ici pour qu’ils parviennent à un accord”.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Retour sur le déroulé des attentats à Paris perpétrés par trois équipes coordonnées