DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hommages spontanés place de la République, dix mois après Charlie


France

Hommages spontanés place de la République, dix mois après Charlie

ALL VIEWS

Touchez pour voir

La France s’est réveillée en deuil et en état de choc. Malgré l’interdiction de se rassembler, de nombreux Parisiens sont sortis spontanément exprimer leur émotion et se recueillir, comme ici place de la République, tout près des lieux où se sont déroulées plusieurs fusillades. C’est là également qu’avaient eu lieu les rassemblements après les attentats de Charlie en janvier dernier.

Voici quelques réactions :

“Je ressens de la force et de la determination pour ne pas se laisser embarquer dans les émotions négatives, et il faut tenir, il faut continuer à vivre normalement”.

“Aujourd’hui je me sens vide, je suis venu ici parce que j‘étais attiré par l’endroit, j’ai entendu parler de ça toute la nuit et j’avais besoin de venir ici et de ressentir ce qui se passe et comprendre. C’est un événement tragique, je n’ai jamais connu ça dans ma vie, je pense que c’est les plus grands attentats que Paris ai connu, que la France ai connu depuis que moi je suis né, je n’ai que 28 ans, et je pense que ça laisse présager une vie assez dificile pour pour tout le monde, parce que je pense qu’on va vivre que de ça en fait, toute notre vie, et qu’il n’y aura aucun moyen de l’arrêter et ça fait très peur.

“Ca me fait très mal. Ce n’est pas juste. Je ne sais pas comment exprimer ma douleur, parce que vraiment, un acte terroriste ça ne fait pas progresser le pays, ni les religions, ça ne défend pas ni les religions ni l’humanité. C’est juste un acte barbare.”

Les lieux où se sont déroulées les attaques étaient bouclés ce samedi matin. Les enquêteurs étaient à pied d’oeuvre. A Paris et dans les départements limitrophes, l’interdiction de manifester doit rester en vigueur jusqu‘à jeudi prochain.

      ALL VIEWS

      Touchez pour voir

      Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

      Prochain article

      monde

      Une rescapée du Bataclan : "on a attendu que la police vienne nous chercher"