DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Avion abattu par la Turquie : la réplique russe sera économique


Russie

Avion abattu par la Turquie : la réplique russe sera économique

La punition sera économique. Ainsi en ont décidé les autorités russes après la destruction de l’avion russe par les Turcs en Syrie. Les contrôles sanitaires sur les produits agricoles et alimentaires importés de Turquie ont redoublé, mais les restrictions n’en resteront sans doute pas là. Des projets comme celui d’une zone de libre-échange et la construction d’un gazoduc entre les deux pays risquent d‘être stoppés net. Le Premier ministre n’en est pas moins resté très évasif.

“ Il a été demandé au gouvernement de travailler sur des mesures économiques et humanitaires en réaction à cet acte d’agression “, a simplement déclaré Dmitri Medvedev.

Les importations turques en Russie représentent plus de trois milliards de dollars par an. A la frontière entre la Géorgie et la Russie, la file de camions bloqués pour des contrôles ne cesse de grossir. Leur point commun : tous transportent des marchandises venues de Turquie, comme l’explique ce chauffeur :

“ C’est à cause de l’avion qui a été abattu. Ici, il y a des camions venus du Kazakhstan, de Géorgie, de Turquie et du Kirghizstan, mais tous ont un chargement turc et tous ont été arrêtés. “

Les Russes sont aussi priés de ne plus se rendre en Turquie et de rentrer s’ils s’y trouvent. Beaucoup semblent approuver cette ligne de fermeté, de même que les hommages se mutiplient en mémoire du pilote de l’avion décédé et du soldat abattu au cours de la première opération de sauvetage, qui avait échoué. Une deuxième avait permis de secourir le co-pilote.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les retraités à nouveau mobilisés en Grèce