DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le cinéaste Roman Polanski ne sera pas extradé vers les Etats-Unis

La fin d’un marathon judiciaire. La Pologne n’extradera finalement pas Roman Polanski vers les Etats-Unis. Ainsi en a décidé la justice polonaise. Le

Vous lisez:

Le cinéaste Roman Polanski ne sera pas extradé vers les Etats-Unis

Taille du texte Aa Aa

La fin d’un marathon judiciaire. La Pologne n’extradera finalement pas Roman Polanski vers les Etats-Unis. Ainsi en a décidé la justice polonaise. Le parquet de Cracovie a finalement renoncé à faire appel d’une première vdécision de justice.
Accusé du viol d’une adolescente de 13 ans, le cinéaste franco-polonais âgé de 82 ans avait fuit les Etats-Unis en 1977. Il peut désormais circuler libremenrt en France, en Suisse et en Pologne.

En première instance, le 30 octobre, le juge Dariusz Mazur s‘était alors livré à un virulent réquisitoire contre la justice américaine. Selon lui, des juges et des procureurs américains avaient “gravement violé les règles d’un procès équitable” dans l’affaire Polanski.
“Si la Pologne avait accepté la demande américaine d’extradition, elle aurait violé les droits de M. Polanski et du même coup, la Convention européenne des droits de l’Homme”, a-t-il estimé. Washington avait fait cette démarche après une apparition publique à Varsovie du réalisateur qui vit entre la France et la Pologne.

La victime a pardonné

En 1977, en Californie, Roman Polanski, à l‘époque âgé de 43 ans et déjà un cinéaste mondialement connu, avait été poursuivi pour avoir violé la jeune Samantha Geimer, lors d’une soirée arrosée. Après 42 jours de prison, puis sa libération sous caution, le cinéaste qui avait plaidé coupable de “rapports sexuels illégaux” avec une mineure s‘était enfui avant l’annonce du verdict, craignant d‘être lourdement condamné, en dépit d’un accord passé avec la justice américaine. La ligne de défense de ses avocats polonais consistait à démontrer que la demande d’extradition n‘était pas fondée, compte tenu de cet arrangement. a victime, Samantha Geimer, qui avait publié un livre sur sa vie “à l’ombre de Polanski”, a affirmé à plusieurs reprises lui avoir pardonné.