DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Face aux renseignements défaillants, la Belgique propose une CIA européenne


Belgique

Face aux renseignements défaillants, la Belgique propose une CIA européenne

Un peu plus d’une semaine après la paralysie de Bruxelles avec l‘état d’alerte maximale, la police belge poursuit ses opérations et ses perquisitions. Dans le viseur, Molenbeck, l’une des 19 communes de la région capitale, qui présenterait l’une des plus fortes concentrations de jihadistes en Europe.

Soulignant les failles dans les échanges entre services de renseignement, le Premier ministre belge a avancé une proposition.

“Je crois, et c’est ma conviction profonde, qu’il faut mettre en place le plus tôt possible une agence de renseignements européenne, une CIA européenne, ce sont les mots que j’ai employés, a déclaré Charles Michel. Je crois que c’est une nécessité. A partir du moment où on a une zone Schengen, il y a deux corollaires importants : de meilleures frontières à l’extérieur de l’Union européenne, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui et c’est un vrai problème. Et deuxièmement, de mieux partager, de partager davantage les données sur les gens circulant à l’intérieur de l’espace Schengen.”

Cette proposition est soutenue par le Commissaire européen aux affaires intérieures. Mais l’Allemagne et la France ont déjà fait connaître des réticences.

Par ailleurs, toujours pas de trace de Salah Abdeslam. Il pourrait avoir réussi à fuir en Syrie d’après des médias américains.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Réduction des émissions de CO2 : un défi économique