DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Afghanistan : du rap contre les mariages arrangés

Vous lisez:

Afghanistan : du rap contre les mariages arrangés

Taille du texte Aa Aa

Sonita Alizadeh avait 10 ans quand ses parents ont essayé de la marier de force. 10 ans plus tard elle chante et son rap “Brides for Sale” dénonce

Sonita Alizadeh avait 10 ans quand ses parents ont essayé de la marier de force. 10 ans plus tard elle chante et son rap “Brides for Sale” dénonce justement cette tradition.

Son histoire est au centre d’un documentaire “Sonita” de la réalisatrice iranienne Rokhsareh Ghaem Maghami qui vient de recevoir le prix du public au Festival du film documentaire d’Amsterdam.

Sonita Alizadeh : “Ma mère a essayé de me marier de force. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne m’aimait pas. Elle m’aime, elle était contrainte de fermer ses yeux, de ne pas voir cet amour, parce qu’elle ne connaissait pas d’autres façons de faire. A cause de la tradition, de la pauvreté. Et puis au travers de mes chansons elle a compris ce qui est en moi. Et qu’en tant que jeune femme, je peux décider de mon avenir.”

La réalisatrice voulait au départ raconter l’histoire d’une fille talentueuse qui rêvait de devenir la première afghane à faire du rap.
En fin de compte elle a versé 2000 dollars à la mère de Sonita pour lui permettre d‘échapper à ce mariage arrangé.

Rokhsareh Ghaem Maghami : “Le plus grand défi c‘était bien sûr sa mère. Quand elle est venue et qu’elle a voulu la prendre. Vous connaissez le problème : si vous voulez aider, que se passera-t-il avec le film et si vous n’aidez pas qu’arrivera-t-il à cette relation humaine ? Comment pouvais-je rester assise là et voir qu’ils la prenaient.”

Finalement Sonita Alizadeh en passe de devenir une héroïne pour de nombreuses jeunes femmes, vient de recevoir une bourse pour étudier la musique aux Etats-Unis où elle habite désormais.