DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le sous-sol de Sinjar, refuge des djihadistes

Après avoir repris la ville des mains de Daech au mois de novembre, les unités Peshmergas ont découvert un réseau de tunnels qui quadrillent le

Vous lisez:

Le sous-sol de Sinjar, refuge des djihadistes

Taille du texte Aa Aa

Après avoir repris la ville des mains de Daech au mois de novembre, les unités Peshmergas ont découvert un réseau de tunnels qui quadrillent le secteur. Ils permettaient aux combattants groupe Etat Islamique de se mettre à l’abri des frappes de la coalition. Sinjar constitue un emplacement stratégique situé aux confins de l’Irak. Les troupes de Daech peuvent ainsi rallier la ville de Raqqa, côté syrien. Les forces kurdes ont recensé plus de 70 tunnels, dotés d’un réseau électrique, et renforcés à l’aide de sacs de sable. Elles ont aussi trouvé des munitions, une centaine de bombes ou encore des médicaments. “Il y a plusieurs mois, nous avons reçu une information de sources fiables”, explique Wais Faiq, responsable du conseil de la ville, “indiquant que les djihadistes avaient acheminé 700 prisonniers et des gens de Tal Afar et d’autres villages, pour 27 dollars par jour. Ils ont creusé tellement de tunnels qu’ils ont complètement détruit les infrastructures de Sinjar. Il y a un tunnel sous chaque allée, chaque rue, chaque établissement public resté intact”, poursuit-il. D’après les forces kurdes, de nombreux tunnels existent dans cette zone, mais de nombreux autres auraient été construits dans chaque secteur contrôlé par l’organisation terroriste. Des restes humains, preuves des exactions commises par Daech, ont aussi été découverts à Sinjar, à l’instar d’une tombe contenant les corps de 70 femmes yézidies.