DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Souveraineté, gouvernance et censure dans le cyberespace, vues par le N°1 chinois

La 2ème conférence mondiale de l'Internet est organisée en Chine. Lors de l'inauguration, le président chinois Xi Jinping a défendu l'ordre et la souveraineté, et justifié la censure comme gara

Vous lisez:

Souveraineté, gouvernance et censure dans le cyberespace, vues par le N°1 chinois

Taille du texte Aa Aa

“Comment sauvegarder l’ordre dans le cyberespace ?” Telle est la question qui taraudent les autorités chinoises, et que le président Xi Jinping a repris à son compte ce mercredi. Le dirigeant chinois inaugurait la deuxième conférence mondiale de l’Internet. L‘événement se tient durant trois jours à Wuzhen, dans l’est du pays.

A l’image du monde réel, la liberté et l’ordre sont tous deux nécessaires dans le cyberespace: la liberté est la finalité de l’ordre et l’ordre est la garantie de la liberté“, a-t-il déclaré dans son discours, ajoutant que la censure était, à ses yeux, nécessaire pour préserver la liberté des internautes.

>> Voir le discours complet

Nous devons permettre aux utilisateurs d’exprimer leurs idées, mais également mettre en place un bon ordre dans le cyberespace, en conformité avec la loi, car cela aidera à protéger les droits et intérêts légitimes de tous les internautesXi Jinping

La “souveraineté” des Etats sur la toile

“_Nous devons respecter les droits de chacun à choisir sa propre manière de développer et de gérer internet, sa propre gouvernance du cyberespace.
Nous devons nous opposer à toute forme de cyber-hégémonisme et ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures des autres, ne pas participer voire soutenir des activités sur internet qui mettraient en péril la sécurité nationale des autres pays._” Xi Jinping

Et les droits de l’homme ?

Actuellement, la Chine compte près de 700 millions d’internautes. Un chiffre en constante augmentation.

Mais les organisations de défense des droits de l’homme dénoncent régulièrement la pratique de la censure, en ce qu’elle constitue, selon ces ONG, un prétexte à la répression de toute dissidence.

>> Lire l’article de l’organisation Amnesty International : “Liberté sur Internet : la Chine cherche à façonner le Web”, cliquer ici