DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au Pérou, un musée pour les victimes du Sentier lumineux

Un lieu de mémoire, de tolérance et d’inclusion sociale, c’est le message de ce mémorial inauguré à Lima, au Pérou, et consacré à l’une des périodes

Vous lisez:

Au Pérou, un musée pour les victimes du Sentier lumineux

Taille du texte Aa Aa

Un lieu de mémoire, de tolérance et d’inclusion sociale, c’est le message de ce mémorial inauguré à Lima, au Pérou, et consacré à l’une des périodes les plus sombres du pays : la lutte entre le gouvernement et la guérilla du Sentier lumineux.

Point of view

Nous devons nous en souvenir pour que l'Histoire ne se répète pas

Le conflit a fait 70.000 morts entre 1980 y 2000, le message de ce musée, c’est “plus jamais ça” : “Cet endroit doit nous rassembler, a dit le président Ollanta Humala. Il doit nous rassembler autour de l’idée que ce genre de pratiques terroristes ne doit plus exister. Nous devons mettre un point final au passé ici. Nous devons nous en souvenir pour que l’Histoire ne se répète pas.”

Pour Raida Condor, ce musée est essentiel : on la voit sur une photo exposée, qui réclame justice pour son fils, assassiné en 1992 par un groupe paramilitaire dans son université.

“Ce musée c’est pour se rappeler le passé et tous ceux qui comme Armando, comme beaucoup d’enfants, ont disparu, ont été assassinés”, dit Raida.

Le massacre de La Cantuta, dans lequel un professeur et huit autres camardes d’Armando ont été séquestrés et tués par les escadrons de la mort du gouvernement, est l’un des crimes pour lequel l’ex-président péruvien Alberto Fujimori a été condamné à 25 ans de prison en 2009.

L’exposition propose des photos de l‘époque, des témoignages de victimes du terrorisme, comme les Asháninka, le plus grand peuple indigène d’Amazonie du Pérou, qui a perdu 22 % de sa population dans ce conflit.

Depuis la capture du chef de la guérilla marxiste en 1992, la violence a faibli, mais des attentats ont toujours lieu sporadiquement dans le pays, principalement contre l’armée.