DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un futur gouvernement indépendantiste en Catalogne sans Artur Mas


monde

Un futur gouvernement indépendantiste en Catalogne sans Artur Mas

Il dit avoir mis au dessus de tout l’intérêt de la Catalogne. Artur Mas renonce à se représenter à la présidence du gouvernement régional. Un retrait qui va permettre la formation d’un exécutif. Après trois mois de tractations, les deux formations séparatistes ont trouvé un accord in extremis samedi. Elles avaient jusqu‘à dimanche minuit pour former un gouvernement.

“Je veux mettre les choses au point dit Artur Mas lors d’une conférence de presse: c’est une décision très douloureuse. Mais je me sens très tranquille. Mon candidat pour devenir le prochain président de la région est le maire de Gérone et président de l’association des maires catalans pro-indépendantistes, Carles Puigdemont.”

La petite formation indépendantiste d’extrême gauche Candidature d’unité populaire (CUP) avait annoncé le 3 janvier qu’elle refusait de reconduire Artur Mas à la tête de la région. La liste Junts pel si (Ensemble pour le oui), avait remporté les élections régionales avec 62 sièges sur 135, mais avait besoin des voix d’au moins deux députés de la CUP et de l’abstention des huit autres pour une investiture. Jusqu‘à présent, la coalition avait toujours refusé de proposer un autre candidat qu’Artur Mas.

Membre du parti de centre-droit d’Artur Mas, Carles Puigdemont, 53 ans, est maire de la ville de Gérone, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone. Journaliste de profession, il siège depuis 2006 au parlement régional.
Son investiture en tant que nouveau président devra passer ce dimanche par un vote du parlement régional.

Avec ses 10 sièges au parlement régional, la CUP a fait chuter Artur Mas mais elle a promis d’investir le nouveau candidat.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Catalogne : Artur Mas jette l'éponge pour permettre la formation d'un gouvernement