DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Incertitudes sur les négociations de paix en Syrie


Le bureau de Bruxelles

Incertitudes sur les négociations de paix en Syrie

Alors qu’un nouveau convoi humanitaire en Syrie a pu se rendre dans la ville assiégée de Madaya, des interrogations subsistent sur la tenue de négociations de paix le 25 janvier à Genève. Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a lancé un avertissement à toutes les parties prenantes au conflit syrien et en particulier au président Bachar el-Assad. « Utiliser la famine comme une arme de guerre est un crime de guerre », a-t-il rappelé.
Mais tous les acteurs du conflit ne sont pas sûrs de participer aux négociations de paix à Genève. Euronews a interrogé Riyad Hjab, ancien Premier ministre et coordinateur de l’opposition syrienne.

Euronews:
« Serez-vous à Genève pour participer aux négociations du 25 janvier? »
 
Riyad Hjab:
« Aujourd’hui, des Syrien meurent de faim et de froid. Les Nations Unies à travers leur envoyé spécial, sont arrivées à établir des accords locaux entre le régime et les citoyens de certaines régions mais là encore le régime n’a pas respecté ses engagements et les Nations Unies n’ont pas vérifié l’application des engagements du régime, malgré toutes les garanties données.
L’opposition syrienne a constitué le conseil supérieur pour les négociations et a déclaré que la solution politique de la crise syrienne est une priorité stratégique. Le régime syrien a emprisonné des membres de ce conseil supérieur pour les négociations. Le régime ne cherche pas une solution politique à la crise syrienne.
Je le répète le conseil supérieur pour les négociations n’a pas été convié à cette rencontre, et à l’heure actuelle, on ne sait pas si oui ou non, les pourparlers auront lieu le 25 janvier.
Durant notre rencontre avec l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura nous a dit qu’il ne savait pas si ces négociations auront lieu le 25 janvier; rien n’est encore décidé à ce sujet. En plus il y a des questions relatives à l’agenda de ces négociations encore en suspens, sur quoi va-t-on négocier avec le régime. »
 
Euronews:
« Pourtant vous avez dit avoir préparé tous les dossiers relatifs à ces négociations? »
 
Riyad Hjab :
« Oui, le but de notre opposition est clair. Nous participons aux pourparlers pour négocier un seul point : former un conseil de transition. Mais la Russie et le régime de Bachar el-Assad évoquent des discussions qui auront pour objectif la formation d’un gouvernement commun. La Russie et le régime refusent d’aborder le sort de Bachar el-Assad, mais notre but dans ces négociations est de voir une réelle transition politique en Syrie. »

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Fin de l'épidémie d'Ebola