DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Moldavie : à peine nommé, le Premier ministre est appelé à démissionner


Moldavie

Moldavie : à peine nommé, le Premier ministre est appelé à démissionner

Ils ne décolèrent pas. Des milliers de manifestants massés devant le Parlement en Moldavie ont cherché à pénétrer dans l’enceinte de l’institution dans le but d’annuler la formation du nouveau gouvernement.

Les protestations ont commencé en avril dernier, dans cette ancienne république soviétique peuplée de 3,5 millions d’habitants et nichée entre l’Urkaine et la Roumanie.

La nouvelle qui a ébranlé cette foule de manifestants : la “disparition” des banques de quelque 915 millions d’euros, soit 15 % du PIB.

Le pays s’est enfoncé dans la crise politique avec la destitution du précédent gouvernement par le Parlement, le 29 octobre dernier.

Aujourd’hui cette foule, qui scande “à bas les bandits”, “à bas le pouvoir”, réclame des élections anticipées et la démission du nouveau Premier ministre fraîchement élu : Pavel Filip.

“Former un gouvernement, qui doit être responsables de nos vies et de nos destins en si peu de temps, alors qu’ils peuvent voir tant de personnes protestant autour de l’enceinte du Parlement, c’est une blague. Ils nous humilient”, estime une manifestante.

Partie prenante de la contestation, la plateforme civile Dignité et justice (DA) un mouvement de journalistes, d’universitaires et d’autres membres de la société civile, qui réclame également la démission du président Nicolae Timofti, accusé de servir les intérêts des oligarques.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

2015, année la plus chaude jamais enregistrée dans l'histoire moderne