DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le chef de la diplomatie allemande en visite à Téhéran pour la deuxième fois en trois mois

Le ministre allemand des Affaires étrangères a effectué une visite en Iran, à la tête d’une délégation économique, pour la deuxième fois en à peine

Vous lisez:

Le chef de la diplomatie allemande en visite à Téhéran pour la deuxième fois en trois mois

Taille du texte Aa Aa

Le ministre allemand des Affaires étrangères a effectué une visite en Iran, à la tête d’une délégation économique, pour la deuxième fois en à peine trois mois, depuis la levée des sanctions contre Téhéran. Frank-Walter Steinmeier a rencontré ce mercredi le président iranien Hassan Rohani, qu’il n’a pas manqué d’inviter en Allemagne.

Le chef de la diplomatie allemande a déjà quitté l’Iran pour se rendre en Arabie Saoudite. Il tente en effet de jouer les médiateurs dans la crise entre les deux pays, qui inquiète les Occidentaux, à cause du rôle que jouent ces deux puissances régionales dans le conflit syrien.

Même s’ils n’oublient pas le passé, les Iraniens sont plutôt optimistes au sujet de cette visite.

“L’Allemagne n’a pas été bonne avec nous. Elle a toujours agi contre nos intérêts, comme sur la question des armes chimiques vendues à l’Irak. Ce pays nous a toujours fait du mal. Mais désormais que l’accord a été conclu, compte tenu du fait que nous voulons développer nos relations avec les autres pays, celles-ci servent forcément nos intérêts”, estime un Iranien.

“Je pense que renforcer ces liens est très important, parce que l’Allemagne est un pays très développé et industrialisé qui peut vraiment aider notre pays”, considère un jeune Iranien.

Le but de cette visite est avant tout économique. Deux groupes allemands doivent investir douze milliards d’euros dans le secteur gazier et pétrolier.

“L’Allemagne veut jouer un rôle de médiateur au Moyen-Orient pour stabiliser la région, même si les discussions entreprises par M. Steinmeier pour améliorer les relations entre l’Iran et l’Arabie Saoudite n’ont pas l’air d‘être efficaces à court terme”, affirme Javad Montazeri, notre correspondant à Téhéran.