DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Etudiant italien tué au Caire : l'Egypte nie l'implication de la police

L'Egypte nie l'implication de ses forces de sécurité dans le décès de Giulio Regeni. Le corps torturé de l'étudiant-chercheur italien a été retrouvé dans un fossé près du Caire la semaine d

Vous lisez:

Etudiant italien tué au Caire : l'Egypte nie l'implication de la police

Taille du texte Aa Aa

La pression monte entre l’Italie et l’Egypte, près d’une semaine après la découverte du corps de Giulio Regeni au Caire.

L‘étudiant-chercheur italien de 28 ans a été torturé à mort. Son corps a été retrouvé par un chauffeur de taxi dans un fossé, une dizaine de jours après sa disparition.

Giulio Regeni faisait une thèse sur les mouvements et syndicats ouvriers en Egypte.

Les forces de sécurité montrées du doigt

Certains opposants et défenseurs des droits de l’Homme, en Egypte, pointent du doigt les forces de sécurité de l’Etat, amplifiant la rumeur d’une arrestation qui aurait mal tourné.

Le ministre de l’Intérieur nie toute implication de la police

“Ces accusations sont totalement inacceptables. Les forces de sécurité égyptiennes n’ont rien à voir dans cette affaire, ce n’est pas notre politique”, a assuré Magdi Abdel Ghaffar, le ministre égyptien de l’Intérieur lors d’une conférence de presse.

Le corps de Giulio Regeni a été rapatrié à Rome. Il présenterait de nombreuses traces de mutilation : des brûlures, des plaies et de multiples fractures, d’après un rapport préliminaire d’autopsie révélé par la presse italienne.

L’Italie a dépêché des enquêteurs au Caire et exige que les vrais responsables soient identifiés. Nous ne voulons pas de “demi-vérité” ont dit, en substance, les dirigeants italiens.

“Les enquêteurs italiens poursuivent leurs investigations aux côté de leurs homologues égyptiens mais pour l’instant la mort du jeune homme reste inexpliquée. De quoi accroître la pression sur le gouvernement égyptien”, indique Mohammed Shaikhibrahim, le correspondant d’Euronews au Caire.