DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La sidérurgie européenne tire la sonnette d'alarme


Le bureau de Bruxelles

La sidérurgie européenne tire la sonnette d'alarme

Côte à côte ouvriers et patrons de la sidérurgie européenne ont manifesté à Bruxelles pour dénoncer la concurrence de la Chine. Ils accusent les entreprises chinoises de dumping et de casser les prix de l’acier avec pour conséquence la fermeture de plusieurs lignes de production. Pour Andreas Goss, directeur de la branche acier de Thyssenkrupp, cette situation s’explique facilement. « La Chine a une telle surcapacité de production qu’elle pourrait fournir en acier les États-Unis, l’Union européenne, la Russie et tous les autres pays », précise-t-il. Deuxième producteur mondial, l’Union européenne a perdu près de 40 000 emplois ces dernières années.
Mais l’autre inquiétude concerne les négociations sur l’attribution à Pékin du statut d‘économie de marché. Ce statut entraînerait une baisse des tarifs douaniers des produits chinois. Pour l’eurodéputé italien chrétien-démocrate Antonio Tajani il ne faut pas se précipiter. « Au football on joue à 11 contre 11, ici avec la Chine c’est à 9 contre 13. Il faut donc avoir les mêmes règles et il faut reporter la décision sur le statut d‘économie de marché ».
Signal de son implication dans ce dossier, le président de la Commission européenne a rencontré en personne les industriels et les représentants syndicaux.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

La Bosnie-Herzégovine veut rejoindre l'UE