DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Erdogan : "pas question d'arrêter" les tirs sur les forces kurdes en Syrie

Alors que l’artillerie turque continue de bombarder les bases kurdes au sud de sa frontière proche de la ville de Kilis (sud-est de l’Anatolie)

Vous lisez:

Erdogan : "pas question d'arrêter" les tirs sur les forces kurdes en Syrie

Taille du texte Aa Aa

Alors que l’artillerie turque continue de bombarder les bases kurdes au sud de sa frontière proche de la ville de Kilis (sud-est de l’Anatolie), Ankara évoque désormais ouvertement l‘éventualité d’une opération terrestre pour empêcher les forces kurdes d‘étendre leur contrôle au nord de la Syrie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué qu’il n‘était “pas question d’arrêter” les tirs sur les forces kurdes en Syrie.

“Aujourd’hui, nos règles d’engagement sont de répondre à une attaque armée contre notre pays” a déclaré le président turc dans un discours prononcé devant les préfets. “Mais demain, si cela est nécessaire, ces règles peuvent être élargies à toute forme de menace contre notre pays. Personne ne doit en douter. Nous n’accepterons jamais de nouveau Kandil à notre frontière sud.”

Les Monts Kandil sont contrôlés par les Kurdes au nord de l’Irak et Ankara refuse l’idée d’une base similaire sur sa frontière sud.

Au même moment, en Syrie, le bilan des bombardements du 15 février sur cinq hôpitaux et deux écoles s’est alourdi : l’ONG Médecins sans frontières indique que 25 personnes sont mortes dans le centre médical qu’elle soutenait dans le nord-ouest, alors que l’ambassadeur syrien à l’ONU, Bachar Jaafari, accuse MSF de travailler en Syrie pour le compte des renseignements français. “Ce prétendu hôpital a été installé sans la permission du gouvernement syrien par le soi-disant réseau français appelé Médecins sans frontières qui est une branche des services de renseignement français opérant en Syrie”, a déclaré M. Jaafari.