DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gravity : les étoiles à La Thuile, Paris à Chamonix


gravity

Gravity : les étoiles à La Thuile, Paris à Chamonix

Bonjour et bienvenue dans ce numéro de Gravity tourné ici à Chamonix où la Coupe du monde de ski alpin est de retour après quatre ans d’absence. Au programme : un combiné et une descente – on va y revenir dans un instant – mais d’abord, on passe de l’autre côté du Mont-Blanc, on franchit la frontière entre la France et l’Italie pour voir ce qui s’est passé lors des épreuves de vitesse organisées pour la toute première fois à La Thuile.

Weirather surprend les favorites

Lara Gut et Lindsey Vonn sont sur le podium, mais c’est Tina Weirather qui monte sur la plus haute marche. La skieuse du Liechtenstein décroche sa première victoire de la saison lors du super-G disputé ce dimanche sur la piste “Franco Berthod”. Ses appuis tout en douceur font merveille sur une neige de printemps avec un thermomètre affichant 9 degrés dans l’aire d’arrivée.

Tina Weirather repousse à plus d’une demi-seconde toutes ses rivales, à commencer par Lara Gut qui avait remporté la première descente vendredi, mais qui avait fini au-delà du Top 10 24 heures plus tard. La Suissesse reste en course pour le classement général puisqu’elle n’accuse plus que 23 points de retard sur Lindsey Vonn.

Troisième de ce super-G très sinueux, la star américaine termine mieux qu’elle n’avait commencé son séjour dans le Val d’Aoste. Elle avait chuté lors de la première descente et, de rage, avait détruit ses skis avec un marteau ! Avant de battre un nouveau record dès le lendemain en s’assurant de son huitième globe de cristal dans la discipline.

Dominik Paris s’impose sur la “Verte”

La descente de Chamonix a été disputée sur cette piste mythique, la “Verte des Houches”. Plus de trois kilomètres de long, 850 mètres de dénivelé, des passages techniques comme celui du Rocher blanc, des sauts comme ceux de la Cassure et du Goulet, pour une course qui a tenu toutes ses promesses.

Une course qui a souri au grand favori, Dominik Paris, qui a signé en Haute-Savoie sa première victoire de l’hiver et la cinquième de sa carrière. Le massif Italien, qui avait pris la veille la deuxième place du combiné alpin derrière Alexis Pinturault, a encore brillé sur sa piste fétiche.

Dominik Paris : “J’ai fait mon premier podium ici il y a cinq ans et je suis vraiment heureux d’y décrocher ma première victoire de la saison. C’est dingue ! J’avais le bon matériel, j’avais de bonnes sensations. Ici, je sais où je dois emmagasiner de la vitesse et c’est peut-être ce qui fait la différence”.

Steven Nyman a terminé sur les talons de Dominik Paris, à 35 centièmes de seconde. L’Américain aux trois succès en Coupe du monde – tous obtenus à Val Gardena – est le meilleur glisseur du circuit. Et après un début de saison délicat, il retrouve peu à peu ses sensations. Tout est, dit-il, question de confiance.

Steven Nyman : “Maintenant, je skie bien, je skie avec de la confiance et c’est le but du jeu. Quand vous avez confiance et que vous voyez où vous devez passer, vous devenez très rapides. Tous les gars peuvent voir qu’il faut prendre telle ou telle trajectoire, mais c’est seulement s’ils croient en eux qu’ils peuvent y arriver”.

Fayed battu chez lui

Le Suisse Beat Feuz a complété le podium du “Kandahar” aux dépens du Français Guillermo Fayed qui avait signé le meilleur temps du premier entraînement. Malgré son sourire, le natif de Chamonix, dont la famille et les amis étaient présents au bord de la piste, avait bien du mal à masquer ses regrets à l’issue de la course.

Guillermo Fayed : “C’est vraiment une déception de rater le podium à la maison, parce qu’il y a tous ces gens qui ont cru en moi, qui m’ont soutenu pendant toute la semaine. Je voulais vraiment leur offrir le podium et bon, j‘échoue à une marche, en faisant encore une faute sur le bas où je laisse filer des centièmes et ça me coûte cher aujourd’hui.”

Sous le feu des projecteurs

Prochaine étape de la Coupe du monde dès mardi avec un City Event, un slalom parallèle disputé à Stockholm en nocturne, à la lumière des projecteurs. Et ça, c’est une très bonne chose pour le spectacle selon notre expert Franck Piccard.

Franck Piccard : “Les conditions sont plutôt meilleures qu’en plein jour. La lumière est bien équilibrée, elle est présente tout au long du parcours. C’est une lumière neutre, donc il n’y a pas de jour blanc, où la visibilité est nulle comme cela arrive parfois en pleine journée.”

“Du point de vue du public, c’est super intéressant. J’aime beaucoup regarder ces courses en nocturne, car on voit très, très bien le travail du skieur, sa vitesse. On la voit mieux qu’en pleine journée. Donc on a tout intérêt à aller vers ce genre de choses pour rendre le ski un peu plus attractif.”

It’s snowtime !

Notre épisode de Gravity – avec une belle ambiance ici dans la vallée de Chamonix – touche à sa fin. Mais pas question de vous laisser sans vous montrer les plus belles images du week-end : It’s snowtime !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

gravity

Gravity: A l'aube du duel Hirscher - Kristoffersen à Chamonix