DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Frontière gréco-macédonienne : situation toujours chaotique


Grèce

Frontière gréco-macédonienne : situation toujours chaotique

Une ouverture dans les grilles et des dizaines de migrants qui s’engouffrent, profitant d’une occasion qui ne se présentera peut-être plus… La scène se passe à la frontière entre la Grèce et l’ex-République yougoslave de Macédoine. Depuis dimanche, les Afghans ne sont plus autorisés à entrer en Macédoine et les conditions de passage ont été durcies pour les Syriens et les Irakiens, ce qui rend la situation explosive. Les forces de l’ordre ont dû intervenir des deux côtés ce mardi pour reprendre le contrôle de la frontière.

“ Nous voulons continuer le chemin, c’est tout ce que nous voulons, dit un homme. Si on retourne à Athènes, qu’est-ce qu’on fera ? Nous n’avons pas d’argent, rien à manger, où est-ce qu’on ira ? On ne peut pas retourner en Afghanistan. Si on retourne en Afghanistan, on sera tués. “

“ Que faut-il faire ? Si cette frontière est fermée, ils devraient le dire et d’abord fermer la frontière turque, fermer la frontière iranienne, pour que les gens n’arrivent pas en Grèce. Pourquoi ne ferment-ils pas la frontière turque ? “

Sur les 1200 personnes massées au poste-frontière d’Idomeni, la police en a transféré plusieurs centaines vers Athènes ; des Afghans dont le voyage vers le nord de l’Europe s’achève en Grèce pour l’instant. Or le pays n’en finit plus de tirer la sonnette d’alarme, se disant débordé. Depuis le début de l’année, près de 100 000 personnes sont arrivées en Grèce par la Méditerranée.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ouverture d'un centre pour réfugiés homosexuels à Berlin