DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise des migrants, état d'urgence, Amnesty International condamne

Les droits de l’Homme toujours plus menacés, c’est le sombre bilan dressé par Amnesty International pour l’année 2015. L’ONG dénonce pèle mèle les

Vous lisez:

Crise des migrants, état d'urgence, Amnesty International condamne

Taille du texte Aa Aa

Les droits de l’Homme toujours plus menacés, c’est le sombre bilan dressé par Amnesty International pour l’année 2015. L’ONG dénonce pèle mèle les crimes de guerre dans 19 pays, la crise des migrants… Et puis aussi, de façon plus surprenante, la réaction de ces gouvernements qui profitent d‘évènements tragiques pour renforcer la pression sécuritaire. Epinglée, la France et son état d’urgence instauré depuis les attentats de novembre.

Point of view

leurs actions ne peuvent pas être utilisées comme une justification pour les gouvernements pour violer à leur tour les droits de l'Homme

“Amnesty International a toujours condamné les abus effectués par les groupes armés, l’Etat islamique, Boko Haram, les milices kurdes YPG ou autres, mais leurs actions ne peuvent pas être utilisées comme une justification pour les gouvernements pour violer à leur tour les droits de l’Homme, remarque Salil Shetty, secrétaire général de Amnesty International. Par exemple quand les Etats-Unis font de la surveillance à grande échelle, quand la Russie introduit une loi spéciale pour les ONG, ou quand la Turquie et le Nigéria utilisent leurs forces de sécurité contre leurs propres populations.”

Un grand chapitre est bien sûr consacré à la crise des migrants, avec l’Europe clouée au pilori : seule l’“Allemagne”:http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/05/97001-20151005FILWWW00052-allemagne-jusqu-a-15-million-de-refugies.php a su répondre à la crise, estime le secrétaire général de Amnesty International : “Le bloc le plus riche du monde, l’Europe, a été incapable de se rassembler pour trouver un moyen raisonnable, cohérent, sûr, de permettre aux gens d’accéder à l’Europe au moment où ils fuient la guerre et la persécution. Je dirais que dans l’ensemble l’Europe a échoué en matière de droits de l’Homme, avec les migrants et les réfugiés.”

La Hongrie est particulièrement visée par les critiques.

L’ONG accuse aussi les gouvernements de court-circuiter de plus en plus des institutions comme les Nations unies, ou la Cour pénale internationale.

Du côté des rares bons points, ils sont distribués à Madagascar, les Fiji et au Suriname, pour l’abolition de la peine de mort en 2015. La Mongolie devrait faire de même en 2016.