DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Idomeni: la vie continue malgré tout

Encore une autre nuit glacée à Idomeni. Les gens brûlent du bois et du carton pour se réchauffer. Au point de distribution de nourriture les esprits

Vous lisez:

Idomeni: la vie continue malgré tout

Taille du texte Aa Aa

Encore une autre nuit glacée à Idomeni.
Les gens brûlent du bois et du carton pour se réchauffer. Au point de distribution de nourriture les esprits s‘échauffent. Les enfants en veulent davantage. Aafke Zuidervliet est d’Asmterdam. Elle vient pour aider les réfugiés. A 37 ans, elle a abandonné son emploi et est venue à Idomeni cuisiner pour les migrants.

“Il y a un tel besoin ici, les gens souffrent. Ils sont bloqués à la frontière et je veux vraiment faire quelque chose pour eux. Il fait froid et ça leur fait du bien d’avoir de la nourriture chaude, des légumes et des pommes de terre”, explique-t-elle.

La météo rend la vie difficile. Certains enfants n’ont rien d’autre qu’un ballon pour jouer. Une jeune fille a réussi à ramener son violon de Syrie.
Abir et sa soeur Isra ont, elles, pris leur chat avec elles. Elles veulent rejoindre Stockholm, où un membre de la famille vit depuis 2013

Au centre du camp, des hommes discutent de la fermeture de la frontière.
Ali vient de Damas, il accepte de nous parler.
“Retourner en Syrie ? Bien sûr que non ! On ne peut pas repartir en Turquie non plus, juge-t-il, fataliste. Que peut-on faire ? Je ne sais pas. Peut-être que nous allons essayer de passer la frontière sans violence, si c’est possible”

Selon les estimations, il y aurait près de 30 000 migrants qui seraient coincés en Grèce suite à la fermeture de la “route des Balkans”.