DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentat d'Ankara: le gouvernement Erdogan durcit (encore) le ton


monde

Attentat d'Ankara: le gouvernement Erdogan durcit (encore) le ton

Une fois passée l’attaque, la communication gouvernementale a pris le relais.
Mr Davutoğlu s’est rendu lundi au chevet des victimes accompagné par des caméras de télévision.

Dimanche soir, un attentat suicide a fait au moins 35 morts et plus de 120 blessés.
Très vite, les autorités ont assuré que le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan était à l’origine de l’attaque.
Une femme proche du mouvement aurait été retrouvée sur les lieux.

Lundi, dans la journée, des manifestants se sont rassemblés à Istanbul pour protester contre la politique du gouvernement islamo-conservateur de l’AKP, accusé de n’avoir pas su protéger ses citoyens.

Car il s’agit de la deuxième attaque en moins d’un mois en plein coeur d’Ankara. Le 17 février, c‘était un bus de l’armée qui était visé. Bilan: 29 morts.

En réaction, le président Erdogan s’est proposé de revisiter la définition pénale de terroriste afin d’y inclure tous ceux qui supportent le terrorisme, ajoutant que cela pouvait être des journalistes ou même des membres du parlement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie: Vladimir Poutine annonce le début du retrait des forces russes de Syrie