DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentats à Paris et Istanbul : le tourisme touché mais pas coulé


économie

Attentats à Paris et Istanbul : le tourisme touché mais pas coulé

Le 12 janvier, une explosion retentit dans le quartier stanbouliote de Sultanhmet, qui abrite la Mosquée bleue. 12 touristes allemands périssent. D’autres attaques frapperont encore la Turquie. Comment cette destination touristique se remet-elle?
Si l‘événement va contribuer à amputer de 25% les revenus du tourisme au premier trimestre selon les économistes, les voyageurs ne rebroussent pas tous chemin pour autant.

“Il ne me reste plus qu’un jour, mais si je pouvais rester plus longtemps, je resterais, témoigne un jeune Colombien juste après l’attaque à Istanbul. Je crois qu’il ne faut pas laisser le terrorisme dicter sa loi, il faut les défier.”

Selon le voyagiste britannique ThomasCook, une petite portion de voyageurs préfèrent cette année les USA et Cuba à la Turquie.

Quant à Paris, les pertes pour le secteur hôtelier sont évaluées à 270 milliards d’euros depuis les attaques du 13 novembre.
Les touristes, Japonais et Américains en tête ont besoin d‘être rassurés. Enfin pas tous…

“Malheureusement, les gens deviennent tellement habitués au terrorisme dans notre société qu’ils ne vont pas changer à cause de ça, estime Matt, un touriste américain. Ils pourraient le faire temporairement, mais au fil du temps, je pense qu’ils réalisent qu’il faut bien vivre, ils doivent avancer et gérer le quotidien et je pense que les touristes vont faire la même chose.”

A New York, après le 11 septembre, il a fallu près de trois ans pour voir les hôtels retrouver leur taux d’occupation d’avant les attentats. Madrid et Londres, respectivement touchées par des attaques en 2004 et 2005, ont affiché une capacité de résilience certaine : il a fallu 12 mois à la capitale espagnole pour voir ses hôtels se remplir à nouveau, et 9 mois pour Londres.

Avec agences

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

BCE : effets de la politique monétaire sur le marché obligataire