DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Belarus, étoile du numérique

Vous lisez:

Le Belarus, étoile du numérique

Le Belarus, étoile du numérique
Taille du texte Aa Aa

On parle souvent du Belarus comme d’un reliquat de l‘ère soviétique, la dernière dictature d’Europe. Et pourtant, un secteur a échappé à la férule du Président Loukachenko : le numérique.

Il est évident que la seule chose sur laquelle nous pouvons compter, ce sont nos cerveaux, la formation et les compétences.

D’où peut-être sa réussite : ainsi, “World of Tanks”, l’un des cinq jeux vidéos les plus populaires en Europe et aux Etats-Unis a été conçu à Minsk. “Dès la phase de test, l’afflux de joueurs a été massif. Donc on savait que notre projet allait être un succès, mais on ne s’attendait pas à un tel succès,“ confie Kirill Stadnik, un des programmeurs.

En dépit du succès international, Wargaming, propriétaire chypriote de ce jeu vidéo, a maintenu nombre de ses opérations au Parc high-tech de Minsk. Les sociétés étrangères du secteur y recrutent une main d’oeuvre belarusse hautement qualifiée et bon marché.

Le parc doit son existence à l’ancien ambassadeur du Belarus aux Etats-Unis, Valery Tsepkalo. “La république du Belarus n’a pas de ressources naturelles. Nous n’avons ni pétrole, ni gaz, ni fer, ni métaux non-ferreux. Il est évident que la seule chose sur laquelle nous pouvons compter, ce sont nos cerveaux, la formation et les compétences. Celles des jeunes en premier lieu,“ explique-t-il.

Le Parc high-tech de Minsk bénéficie d’avantages fiscaux mais fonctionne sur des fonds privés. Il emploie 24.000 personnes pour une activité en croissance de 20% l’an dernier, un exploit, en pleine récession.