DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Séisme en Equateur : l'aide en marche pour les sinistrés


Equateur

Séisme en Equateur : l'aide en marche pour les sinistrés

Depuis le séisme meurtrier en Equateur, les secouristes et l’aide internationale ont concentré leurs efforts dans la ville de Manta, parmi les secteurs les plus durement frappés de la province de Manabi. Dans ce no man’s land où seuls les secouristes, les soldats et les résidents peuvent se rendre, nous avons été autorisés à suivre les opérations de déblaiement. Elles sont encore en cours et des personnes sont toujours portées disparues.

“Nous sommes dans le quartier de Tarqui, dans le centre de Manta. C’est la zone la plus touchée de la ville. Presque tous les bâtiments ont été gravement endommagés ou détruits. Derrière moi, se trouve ce qui reste d’une librairie. C’est ici que le plus grand nombre de victimes a été enregistré à Manta. Les secouristes ont écrit sur ce rideau de fer : 92 morts et 31 survivants…” explique notre reporter Monica Pinna.

Les autorités locales s’accordent à dire que le taux de destruction des édifices et des infrastructures dans les municipalités les plus touchées varient, selon les quartiers, de 30 à 90 %.

Des zones sont bouclées par les soldats pour éviter tout pillage, les habitants sont autorisés à récupérer leurs affaires dans les bâtiments sécurisés :

“Nous récupérons nos affaires zone par zone et puis une fois que c’est fait, la démolition commence. Et puis une autre zone est ouverte aux gens, hier, on a commencé à prendre nos affaires et aujourd’hui, on aura fini.”

Le bilan du tremblement de terre est toujours de 660 morts, 20 personnes sont encore portées disparues et 4 605 ont été blessées.
Six provinces sont toujours en alerte rouge, mais la première phase d’urgence est officiellement terminée. Maintenant, les ONG humanitaires vont commencer à prendre le relai.

“Nous sommes dans une phase de sécurisation des abris temporaires pour les résidents, afin de garantir à ces gens qui ont perdu leurs maisons, qui ont tout perdu, un lieu de vie digne pour les mois à venir,” explique Ricardo Peñaherrera, de l’office des Urgences nationales.

Selon les estimations des Nations unies, 1,9 million de personnes ont été affectées par le séisme, 520 000, rien que dans la province de Manabi.

Environ 30 000 personnes sont accueillies dans des centres d’hébergement d’urgence, mais nombreuses sont celles qui préfèrent camper comme elles peuvent, au plus près de leur foyer, comme par exemple, ici, dans ce jardin public :

“Je suis ici depuis 16 jours parce que ma maison s’est écroulée. J’avais un petit commerce et tout est fichu. Les quelques affaires que j’ai pu sauver, je les ai avec moi. J’attends que ma maison soit démolie pour que je puisse déblayer, nettoyer et monter une tente de plastique où nous pourrons vivre,” explique une femme âgée.

Le 16 avril, le séisme a atteint une magnitude de 7,8 sur l‘échelle de Richter. Il s’agissait du troisième plus gros tremblement de terre de l’Histoire de l’Equateur. Il a frappé les zones côtières du nord-ouest du pays… L’ONU cherche à lever plus de 72 millions de dollars pour aider les sinistrés et a déjà alloué un peu plus de 7 millions de son fonds d’urgence.

Reportage sur l’aide humanitaire en Equateur le 19 mai sur euronews dans notre nouveau magazine “Aid Zone”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Coup de grisou dans l'Est ukrainien