DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Révélations sur les émissions européennes de CO2 en augmentation, quelques mois après la Cop 21

Les émissions de carbone ont augmenté l’an dernier, dans l’Union européenne, d’après de nouveaux résultats publiés quelques mois seulement après

Vous lisez:

Révélations sur les émissions européennes de CO2 en augmentation, quelques mois après la Cop 21

Taille du texte Aa Aa

Les émissions de carbone ont augmenté l’an dernier, dans l’Union européenne, d’après de nouveaux résultats publiés quelques mois seulement après l’accord de Paris sur le climat.

D’après des militants écologistes, il s’agit d’une tendance inquiétante qui renforce “l’urgence” de se tourner vers les sources d‘énergie renouvelable.

Les émissions de CO2, qui représentent les 4/5è de la production totale de gaz à effets de serre, a augmenté de 0, 7 % en 2015 par rapport à l’année précédente, selon des estimations d’Eurostat.

Des augmentations dans les deux tiers des Etats de l’Union européenne – dont la Slovaquie, le Portugal et la Hongrie – contredisent la tendance générale à la baisse dans le monde, ces dernières années.

L’UE s’est engagée lors de la Cop 21 à Paris à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, un objectif que les experts jugent en cours de réalisation.

L’Allemagne, source d’inquiétudes

Parmi les cinq plus gros pollueurs de l’UE – Allemagne, Italie, France, Pologne et Royaume-Uni- seul le dernier a vu ses émissions diminuer l’an dernier.

L’Allemagne émet environ un quart du CO2 européen et concentre près du tiers des centrales polluantes de l’Union européenne.

Wendel Trio, directeur de Climate Action Network Europe a expliqué à Euronews que le pays alimente des inquiétudes.

“L’Allemagne se bat avec l’impact de son virage énergétique puisque elle essaie de sortir du nucléaire, ce qui a réduit sa capacité à sortir progressivement du charbon, explique-t-il. Il y a certes une baisse dans l’utilisation de charbon en Allemagne mais le pays en dépend encore largement et c’est pour cette raison qu’ils ne sont pas en bonne voie pour remplir leurs propres objectifs en matière d‘émissions de CO2.”

Tandis que l’Allemagne a récemment dévoilé des objectifs dans le domaine des énergies renouvelables, de l’autre côté de la frontière, en Pologne, on est encore loin de cette transition.

“C’est une vraie préoccupation de voir la Pologne si peu impliquée dans la mise en oeuvre d’une politique énergétique et climatique” estime Trio, expliquant que c’est en partie dû au rôle des mineurs dans la mise à bas du communisme et au soutien du gouvernement à ce secteur.”

Trois pays en mauvaise voie

Trio explique être préoccupé par la Belgique, l’Irlande et l’Autriche, des pays qui ne sont pas en bonne voie pour remplir les objectifs d‘émissions de CO2 pour 2020.

Il explique : “Le fait que ces pays ont augmenté leurs émissions en 2015 n’est vraiment pas bon signe. Ces pays n’ont pas pris les recommandations de la Commission européenne au sérieux. Ils se débattent avec des problèmes d‘émissions par les transports, ce qui est un élément important dans l’augmentation des émissions. Ils doivent prendre des mesures. Il est clair qu’ils doivent le faire maintenant, même s’ils ont essayé de retarder ces décisions.”

En route vers les énergies renouvelables

Bram Claeys, conseiller politique sur le changement climatique et l‘énergie chez Greenpeace Europe, fait part lui aussi de son inquiétude. “Il est très préoccupant de voir les émissions augmenter, même lentement. Ce n’est pas la tendance dont nous avons besoin ou que nous voudrions voir.”

“Cela casse la tendance à la baisse des émissions depuis trois ou quatre ans, particulièrement après l’accord de Paris sur le climat. Nous sommes inquiets et nous pensons que l’Europe a du retard à rattraper en matière d’investissements dans le énergies renouvelables, où nous sommes à la traîne par rapport à d’autres économies.”

Il en appelle à plus de volontarisme dans l’Union européenne et au niveau des gouvernements pour montrer une volonté claire d’avancer vers les énergies renouvelables.

Seulement 16 % de l‘énergie consommée dans l’UE provient de sources renouvelables. L’objectif est de porter ce chiffre à 20 % d’ici quatre ans.

“Le cas du Royaume-Uni est vraiment troublant. Il réduit ses dépenses dans les énergies renouvelables et choisit au contraire des mauvais solutions, économiquement risquées comme l‘énergie nucléaire, contre tout évidence et toute logique.”

Interview à écouter

Voici dans son intégralité l’interview avec Wendel Trio, le directeur de Climate Action Network Europe.