DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La fête à la maison pour les perchistes grecs

Grande nouveauté à l’occasion de la quatrième édition du concours de saut à la perche organisé dans les rues d’Athènes. Pour la première fois, les

Vous lisez:

La fête à la maison pour les perchistes grecs

Taille du texte Aa Aa

Grande nouveauté à l’occasion de la quatrième édition du concours de saut à la perche organisé dans les rues d’Athènes.

Pour la première fois, les hommes ont dû partager la piste d‘élan avec les femmes.

Le lieu choisi, lui, était le même que l’an passé : la place Syntagma, juste devant le Parlement grec.

La Tchèque Jirina Ptacnikova, ex-championne d’Europe, a pris la troisième place en effaçant une barre placée à 4.40 mètres.

La Vénézuélienne Robeilys Peinado s’est arrêtée dix centimètres plus haut.

Et la victoire est revenue à la Grecque Katerina Stefanidi qui a passé 4.65 mètres.

La médaillée de bronze des derniers championnats du monde en salle espère bientôt monter sur d’autres podiums.

Katerina Stefanidi : C’est sûr que dans un coin de ma tête, je pense à une médaille olympique, mais cette année j’y vais pas à pas et ça m’aide bien. Je veux rester en bonne santé et me concentrer d’abord sur ma première échéance, les championnats d’Europe. Les Jeux olympiques me paraissent encore loin, dans plus de trois mois.

Son compatriote Dimitris Patsoukakis a terminé troisième chez les hommes avec 5.45 mètres.

Le vainqueur de l‘édition 2015, le Polonais Piotr Lisek, s’est arrêté à 5.60 mètres à 30 centimètres de son record personnel.

Le Grec Kostas Filippidis s’est imposé à domicile en franchissant une barre placée à 5.70 mètres.

Le champion du monde 2014 avait un message à faire passer à Renaud Lavillenie, champion olympique en titre et détenteur du record du monde.

Kostas Filippidis : Lavillenie a montré de quoi il était capable, il est l’un des meilleurs perchistes du monde. Mais quand vous vous alignez aux Jeux olympiques, ce n’est pas pour penser à la deuxième place. Vous donnez le meilleur de vous-même pour essayer de gagner.

Ioannis Karagiorgas est notre correspondant à Athènes : “Les Grecs ont la chance de pouvoir accueillir les meilleurs perchistes de la planète – chez les hommes comme chez les femmes – et la chance de pouvoir admirer leurs performances de très près.”