Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La Reine Elizabeth II est-elle favorable au Brexit ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
La Reine Elizabeth II est-elle favorable au Brexit ?

<p>Un systéme carcéral, remodelé, avec des prisonniers qui pourraient rentrer chez eux le WE, des mesures pour lutter contre l’extrémisme et la corruption, c’est une partie du <a href="http://www.bbc.com/news/uk-politics-36318353">programme législatif</a> du Premier ministre britannique David Cameron pour l’année à venir, dont le discours, comme le veut la tradition, a été lu par la reine Elizabeth II.</p> <p>A cinq semaines du référendum, le pays reste déchiré, autour du maintien ou non dans l’Union Européenne. The Sun a été rappellé à l’ordre. Le 8 mars dernier, le journal avait affiché en lettres capitales sur sa Une: “La reine soutient le Brexit”.</p> <p>Mais Buckingham Palace affirme que l’information est fausse ou déformée. La “Independent Press Standards Organisation” (<span class="caps">IPSO</span>) a estimé que le quotidien le plus lu du Royaume-Uni avait enfreint la première clause du code de bonne conduite qui stipule: “la presse doit faire en sorte de ne pas publier des informations ou des photos qui sont fausses, trompeuses ou déformées, y compris dans les titres qui ne sont ensuite pas confortés par le texte”.</p> <p>Pour étayer ce titre très affirmatif, le tabloïd s‘était appuyé sur deux sources rapportant une conversation de la reine avec un groupe de députés “il y a quelques années lors d’une réception à Buckingham Palace”. “Je ne comprends pas l’Europe”, aurait dit la souveraine à l’un des parlementaires.</p> <p>Selon le résultat du référendum du 23 juin, le Premier ministre britannique pourrait être amené soit à démissionner, soit, si le résultat lui est favorable, à procéder à un remaniement pour se débarrasser de ses ministres les plus pro-Brexit.</p> <p>En attendant, la campagne continue à s’envenimer. Le week-end dernier, le chef de file des pro-Brexit, Boris Johnson, l’ex maire de Londres, a comparé l’action de l’UE à celle d’Adolf Hitler. David Cameron a répliqué qu’un Brexit ferait sans doute plaisir aux jihadistes de l‘État islamique.</p>