DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Sénégal voit son avenir dans l'agriculture

focus

Le Sénégal voit son avenir dans l'agriculture

Publicité

Booster l‘économie verte ou autrement dit, faire de l’agriculture, LE moteur de la croissance, c’est le pari du Sénégal. Objectif : atteindre l’autosuffisance alimentaire, mais aussi doper les exportations. Quelles sont les opportunités ? Pourquoi ces investissements sont-ils rentables ? Et comment évolue le climat des affaires ? C’est ce que nous découvrons dans cette édition aux côtés de notre reporter Serge Rombi.

“Ici, au Sénégal, on a coutume de dire que lorsque l’agriculture va, tout va ! nous indique Serge Rombi. Ces deux dernières années, poursuit-il, le pays affichait tout simplement des volumes de production record, il faut dire que l’agriculture, la première ressource naturelle au Sénégal, ne cesse de se moderniser.”

Pour bien comprendre, nous nous rendons le long du fleuve Sénégal où l’on cultive deux tiers du riz produit dans le pays. C’est dans cette zone qu’une entreprise, la Compagnie agricole de Saint-Louis a investi l‘équivalent de 55 millions d’euros dans une usine de riz high tech.

Répondre à la demande sénégalaise en riz

La mission de son directeur d’exploitation, Bruno Redon : faire en sorte que d’ici à trois ans, son installation produise 100.000 tonnes de riz par an. Ce sera l’une des plus grandes usines de l’Afrique de l’Ouest. “Nous avons tous les éléments réunis, souligne-t-il : les sols, la proximité du fleuve Sénégal – ce qui nous permet une irrigation et ce qui est très important – et un climat qui nous permet de faire deux récoltes par an et des rendements moyens de six tonnes par hectare. Ce qui est plutôt un très bon standard,” insiste-t-il. Bruno Redon est en train de faire construire de nouveaux casiers à riz et achemine l’eau aux producteurs locaux pour qu’ils approvisionnent la future usine.

“On va proposer au producteur, des contrats de production qui le liera, lui, notre société et une banque, explique François Grandry, directeur des opérations de la société. Si aujourd’hui, ce producteur fait une récolte par an, ajoute-t-il, en lui achetant sa production, on va permettre à la banque de débloquer le crédit pour qu’il puisse faire deux récoltes par an.”

Ici, la production est et restera uniquement destinée au marché local. Le riz constitue en effet, la base de l’alimentation au Sénégal et la demande de produits de qualité explose. “Le Sénégal importe 1,15 million de tonnes riz par an alors qu’il n’en produit que 350.000 : l‘écart est énorme !” lance François Grandry.

Les tomates cerises, un produit d’export à succès

C’est dans cette même région sablonneuse, qu’en 2003, le numéro 1 de l’horticulture sénégalaise a fait le pari un peu fou de faire pousser du maïs et des tomates cerises. La société Grands Domaines du Sénégal a mis 25 millions d’euros sur la table et installé des serres géantes. Aujourd’hui, la production est de 14.000 tonnes de légumes par an.

A la différence de la rizerie, cette exploitation travaille à 95% pour l’export. Ces tomates sont vendues jusqu’en Russie. A ce titre, elle bénéficie d’ailleurs, d’un statut spécifique d’entreprise franche d’exportation. “Les droits de douane et certains droits fiscaux sont suspendus, on ne les paie pas de manière à ce que nos prix de revient puissent être compétitifs et qu’on puisse exporter et être en compétition sur le marché européen avec d’autres sociétés, c’est aussi simple que cela,” indique Abdou Sambe, directeur des ressources humaines au sein de l’entreprise.

Ce qui n’empêche pas évidemment cette société d‘être devenue l’un des premiers employeurs de la région. Cela représente un effectif de “2500 travailleurs sans compter l’effet d’entraînement de toute l‘économie locale, le transport qu’on développe, la restauration, l’habitat social et beaucoup d’autres choses qui font qu’on a boosté l‘économie de la région,” précise Abdou Sambe.

“Un vrai levier pour la relance de l‘économie”

Par ricochet, la bonne santé de cette usine a aussi considérablement augmenté l’activité sur le port de Dakar. Cet effet d’entraînement, c’est d’ailleurs une tendance générale.

“Cela se traduit par une bonne transmission dans beaucoup d’autres activités comme le commerce, le transport, l’industrie avec le dévelopement de l’agrobusiness, etc. et tout ceci fait que ce secteur est stratégique et constitue un vrai levier pour la relance de l‘économie sénégalaise,” estime Pierre Ndiaye, directeur général de la planification et des politiques économiques du Sénégal.

Depuis plusieurs années, le pays travaille à l’amélioration de son attractivité et du climat des affaires. L’accent a par exemple, été mis sur une meilleure gestion des conflits commerciaux et le dévelopement de partenariats publics privés. Les coûts administratifs ont aussi été réduits et de nombreuses procédures simplifiées. “En plus de pouvoir créer votre entreprise en moins de six heures au Sénégal, les frais administratifs ont été réduits de deux tiers,” déclare Mountaga Sy, PDG de l’agence gouvernementale APIX.

Des mesures incitatives

D’autres mesures plus spécifiques ont été mises en place. “Les délais de raccordement des entrepôts ont été réduits de plus de la moitié, notamment dans le domaine de l’assainissement où nous sommes passés de 90 jours à moins de 40 jours,” ajoute Mountaga Sy.

Le gouvernement sénégalais veut aussi faciliter le crédit ou l’accès au foncier. L’enjeu pour le Sénégal, c’est donc l‘émergence en la faisant reposer en partie, sur le développement de l‘économie verte. “Quand on parle d‘émergence, on émerge d’abord par les ressources humaines : les hommes et les femmes qui travaillent, qui gagnent des revenus et qui réinvestissent pour améliorer leur qualité de vie, souligne Abdou Sambe des Grands Domaines du Sénégal. Donc, tout cela fait que c’est intéressant de s’implanter au Sénégal, de faire de l’agriculture, de gagner de l’argent, mais aussi d’aider les populations à élever leur niveau de vie.”

Et le message est semble-t-il bien passé : en 2015, les investissements directs étrangers ont bondi de 17% au Sénégal.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article