DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'extrême droite va-t-elle remporter la présidentielle en Autriche?

monde

L'extrême droite va-t-elle remporter la présidentielle en Autriche?

Publicité

Un journée de printemps tranquille à Vienne. Pourtant certains parlent ici d’une révolution qui va bouleverser le continent.

Le candidat du FPO est le favori du deuxième tour de l’élection présidentielle de dimanche. Plus que le fossoyeur du bipartisme en Autriche, il deviendrait le premier chef d’État d’extrême droite dans l’Union Européenne.

35%, c’est le score surprise qu’a réalisé Norbert Hofer lors du premier tour. Pourtant, son sourire sa voix douce, qui contrastent avec le discours tout en fermeté de sa formation politique étaient encore méconnus d’une grande partie des Autrichiens avant la campagne.

En Autriche la fonction de président est surtout symbolique. Mais Hofer pourrait faire usage de pouvoir délaissés par ses prédécesseurs, explique Hans Rauscher, analyste politique :

“Si le gouvernement déclare une hausse des impots, si le gouvernement dépasse un certain quota de réfugiés, si le gouvernement ne résout pas le problème du chômage en une année. Ce sont des cas de figures dans lesquels Hofer a annoncé qu’il révoquerait le gouvernement. Et il peut le faire. Bien sur il y aura des manifestations, des protestations… Tout ce que vous voulez… mais cela fait partie de ses pouvoirs constitutionnels. Les électeurs du Parti de la Liberté ne sont pas tous nazis. Ils sont exaspéré par la coalition au pouvoir, qui n’a pas réalisé grand chose. En plus du chômage, de la hausse des prix, de l’inflation, est venue s’ajouter l’afflux des réfugiés, qui a tout changé”.

Le seul candidat à pouvoir encore faire barrage à Hofer, est Alexander Van der Bellen. Les sondages donnent les deux hommes au coude à coude. L’ancien dirigeant des Verts, 72 ans, a choisi de se présenter sans étiquette, ce qui lui a permis de réaliser 21% au premier tour. Il appelle à l’union contre l’extrême droite. Une stratégie qui a récemment payé en France.

Chancelier depuis sept ans, Werner Faymann a démissionné au début du mois. Nouvelle preuve que les coalitions qui ont gouverné l’Autriche pendant près de 40 ans depuis la seconde guerre mondiale, semblent s’essouffler.

En parallèle, 90.000 demandes d’asile ont été enregistrées en Autriche l’année passée.

Gergely Bártfai, Notre correspondant à Vienne:
“Le Hofburg, la résidence des empereurs de la dynastie des Habsbourg, accueille désormais les bureaux du président de la République d’Autriche. Celui qui emménagera dans le palais à l’issue du vote ce dimanche, enverra un message important à l’Europe”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article