DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : blocage des raffineries, la mobilisation continue

monde

France : blocage des raffineries, la mobilisation continue

Publicité

Des files d’attente aux stations service dans le Nord et l’Ouest de la France, une scène qui pourrait bien se répéter dans tout le pays. Six des huit raffineries françaises sont en effet affectées par un mouvement social, conséquence d’un bras de fer entre le gouvernement et les opposants à la loi travail.

Les automobilistes ne sont pas tous compréhensifs.

“Cela devient n’importe quoi dit cet hoéée ils ont des causes à défendre c’est un fait certain, mais il ne faut pas prendre les usagers comme cela, c’est sans arrêt, c’est la France, c’est le merdier”.
“C’est bien gênant pour les usagers mais il y a des choses bien plus graves et on s’adapte expliaue cette qutoéobiliste. Etant donné tout ce qui se passe en France en ce moment, c ‘est un petit inconvénient par rapport à des choses beaucoup plus graves.”

Le blocage des sites pétroliers s‘étend dorénavant au sud-est. A Fos-sur-Mer près de Marseille, des militants du syndicat CGT, en pointe de la contestation, barrent l’accès à un dépôt de carburant :

“On bloque depuis 2 heures du matin, et on est bien partis pour rester, tant qu’on n’aura pas le retrait de la loi travail, les salariés en lutte occuperont ce site.”

Le gouvernement parle de blocages “illégitimes” et promet d’y mettre fin. 10% des stations services sont en rupture totale ou partielle, des mesures de rationnement de la distribution sont en place.

“Si le gouvernement ne retire pas son projet (…) les mobilisations vont continuer, s’amplifier”, a averti le numéro un de la CGT, Philippe Martinez.

Manuel Valls a réaffirmé que la réforme du droit du travail, contestée depuis mars mais passée en force à l’Assemblée nationale faute de majorité, irait “jusqu’au bout”. Ce texte ambitionne de déverrouiller le marché du travail d’un pays où le taux de chômage avoisine 10% des actifs. Mais ses détracteurs l’accusent de renforcer la précarité.

La semaine s’annonce encore chaude pour le gouvernement, avec une nouvelle journée de grèves et manifestations jeudi. Outre les raffineries, les ports devraient être touchés. Dans les chemins de fer, des grèves sont programmées mercredi et jeudi.

avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article