DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : et maintenant la grève dans les centrales nucléaires

monde

France : et maintenant la grève dans les centrales nucléaires

Publicité

Et maintenant les centrales nucléaires. Après le blocage des raffineries et des dépôts pétroliers, la CGT fait monter les enchères. Elle appelle désormais à la grève générale dans les 19 centrales nucléaires du pays.
Mardi le personnel de la centrale de Nogent-sur-Seine a déjà voté le blocage du site pour protester contre le projet de loi El Khomri.

Le bras de fer avec le gouvernement est désormais total. Mercredi les forces de l’ordre sont allées au contact des grévistes. Onze dépôts d’essences occupés ont été évacués comme ici au dépôt de pétrole de Douchy-les-Mines dans le Nord.

Mardi c‘était la raffinerie de Fos-su-Mer qui avait été débloquée manu militari.

Devant les députés, Manuel Valls s’est montré inflexible. Il n’y aura pas de retrait de la loi travail ni renégociation du texte.

Bien décidé à bloquer coûte que coûte le pays, la CGT a jeté son dévolu sur le pont de Normandie mercredi après-midi. Le péage d’accès y a été fermé à la circulation durant près de deux heures.

Côté approvisionnement, la situation varie selon les départements : le gouvernement affirme que la plupart des raffineries ou des dépôts du grand ouest fonctionnent normalement.

En revanche près d’un tiers des stations-service est désormais en pénurie d’essence totale ou partielle. Une situation tendue mais pas encore critique, selon les experts.

La faute aux automobilistes ? Craignant la panne sèche, de nombreux conducteurs ont anticipé leurs achats en remplissant leur réservoris provoquant artificiellement des rutpures d’approvisionnement.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article