DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cameron vs. Farage: un débat en prime-time sur le Brexit

monde

Cameron vs. Farage: un débat en prime-time sur le Brexit

Publicité

Toujours aucune certitude à deux semaines d’un référendum historique sur l’avenir du Royaume Uni dans l’UE. Alors que la veille un sondage donnait le Brexit vainqueur avec 51% des voix, le Premier ministre David Cameron a encore retroussé ses manches pour faire pencher la balance du côté de l’Europe.

Ce mardi il a répondu aux questions de ses concitoyens, sur la chaîne ITV :

“Voilà ce qui va se passer si nous sortons. Bien sûr nous voudrons toujours vendre à l’intérieur du marché unique, donc nous devrons suivre les lois de Bruxelles… mais nous ne serons pas autour de la table. Nous devrons donc garder la tête et les oreilles collés à la vitre pour tenter de savoir ce qui se passe du côté des 27, qui feront les lois qui affectent notre pays” , a-t-il déclaré à l’auditoire. Le Premier ministre a refusé de débattre directement avec les leaders du Brexit.

Nigel Farage, le leader europhobe de l’UKIP, (parti pour l’indépendance du Royaume Uni) lui a ainsi succédé sur le plateau. Dans un style qui lui est propre, il s’en est directement pris à l’Union Européenne:

“l’Eurozone est une catastrophe. Regardez ce qu’ils ont fait à la Grèce et aux pays méditerranéens. La crise des migrants divise non seulement les pays, mais divise aussi à l’intérieur des pays, et bouleverse la politique. Il n’y a plus d’argent, et pourtant ils continuent d‘économiser pour annoncer au lendemain de notre référendum la création d’une armée européenne et une hausse de budget de l’Europe. Le projet ne marche pas” a-t-il affirmé.

Cet affrontement indirect a eu lieu dans les dernières heures qui ont précédé la fermeture des inscriptions sur les listes électorales. Plusieurs centaines de milliers de personnes se sont enregistrées en ligne ces dernier jours. Les deux camps n’ont plus qu’un objectif: convaincre les 10% d’indécis.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article