DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Christo investit la Fondation Maeght avec son Mastaba

Cult

Christo investit la Fondation Maeght avec son Mastaba

En partenariat avec

Christo, l’homme aux célèbres empaquetages, a édifié un Mastaba, une tombe venue du fond des temps mésopotamiens à Saint-Paul de Vence. Désormais dans la cour de la fondation Maeght trône cet empilement de bidons. C’est un projet qu’il avait imaginé dès 1967 avec sa femme, Jeanne-Claude disparue en 2009.

Il avait alors, sans aucune autorisation érigé un rideau de fer éphémère en plein Paris. Le couple voulait dénoncer le mur de Berlin.

Un demi siècle plus tard, la structure faite d’un millier de bidons se dresse dans la cour Giacometti de la fondation. Reste que le projet reste de faire un gigantesque Mastaba de plus de 400 000 bidons dans le désert d’Abu Dhabi.

Christo : “Le premier Mastaba était un peu comme une sculpture d‘émotions. Celui ci explose réellement dans l’espace bien sûr. J’ai réalisé les proportions en fonction du lieu, cet angle de 60° c’est l’angle avec lequel quand vous rentrez c’est comme un escalier vers le ciel.”

Christo est passé à la postérité quand il a emballé le Pont Neuf à Paris avant de s’attaquer au Reichstag à Berlin ou à des ilots de la baie de Miami. Mais le mastaba est tout aussi indissociable de son oeuvre. Et inviter l’artiste à concrétiser son projet à St Paul de Vence était une évidence.

Olivier Kaeppelin, directeur de la fondation Maeght :
“Il y avait un artiste, qualifié entre guillemets “d’avant garde”, et encore il faudrait préciser, avec ses projets de 1967, et qui aujourd’hui, à 81 ans, a toujours cette incroyable faculté de penser le monde, de proposer des expériences.”

La fondation Maeght à Saint Paul de Vence présente aussi 50 annnées du travail de Christo et de Jeanne-Claude au travers de sculptures, de dessins, de photographies et ce jusqu’en novembre.

Prochain article