DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dopage : la Russie reste sur le banc des accusés

Sport

Dopage : la Russie reste sur le banc des accusés

Publicité

Rien n’a changé en Russie où le dopage est toujours une affaire d’Etat selon la chaîne de télévision allemande ARD.

Dans un nouveau documentaire sur le sujet, elle met en cause le laxisme de Moscou en prenant l’exemple de l’entraîneur national de l‘équipe de marche.

Officiellement suspendu, il a été aperçu à Sotchi aux côtés du champion olympique du 50 kilomètres et de la vice-championne olympique du 20 kilomètres, tous deux convaincus de dopage.

Hajo Seppelt est l’un des trois journalistes qui a mené l’enquête : “L’objet principal, c’est de montrer qu’il y a une grande influence de la part de l’Etat russe, de la part du ministre des Sports, pour couvrir les cas de dopage dans le pays, particulièrement en athlétisme, mais aussi dans les autres sports. Cela n’est pas prouvé à 100 %, mais il y a de plus en plus d’indices comme quoi des gens hauts placés ont essayé de couvrir des cas de dopage.”

Nommément visé, le ministre des Sports Vitali Moutko se défend en parlant d’une “attaque délibérée contre la Russie” visant à manipuler “l’opinion publique”.

Vitali Moutko : “Si vous isolez un pays, vous pouvez demander à ce qu’il soit privé de la Coupe du monde de football. Si les tentatives d’y parvenir via des moyens politiques échouent, alors le sport peut être utilisé comme un outil. Leur but est simple : faire tout ce qui est possible pour isoler la Russie et empêcher ses athlètes de participer aux Jeux olympiques.”

Pourront-ils s’aligner aux Jeux de Rio ou seront-ils encore privés de compétition, comme c’est le cas depuis l’automne dernier ?

C’est le 17 juin prochain que la Fédération internationale d’athlétisme se prononcera sur ce dossier brûlant.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article