DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Législatives espagnoles: un front anti-Rajoy sur fond de désaccords entre opposants

monde

Législatives espagnoles: un front anti-Rajoy sur fond de désaccords entre opposants

Publicité

Mariano Rajoy, Pablo Iglesias, Pedro Sanchez et Alberto Rivera, voici les quatre hommes qui peuvent rendre à l’Espagne sa stabilité gouvernementale. Les Espagnols retrournent aux urnes le 26 juin pour des élections législatives sensés enfin dégager une majorité.

Depuis six mois, et les législatives du 20 décembre, les quatre n’ont pas réussi à passer un accord de majorité.
Lundi soir lors du débat télévisé d’avant scrutin, les téléspectateurs ont pu se rendre compte que Mariano Rajoy, l’actuel Président du gouvernement, continue de diviser.
Sa politique économique notamment jugée trop favorable aux plus aisés. Les scandales de corruption, qui se sont multipliés sous son mandat, lui sont aussi reprochés.
Pedro Sanchez, chef du Parti socialiste, donné troisième de la prochaine législative, ne s’est d’ailleurs pas privé de lui faire remarquer, jugeant qu’il avait toujours gouverné contre les plus faibles.

Là-dessus, Pablo Iglesias, leader du mouvement Unidos Podemos, ne peut que tomber d’accord.
Pourtant les points de convergence avec le socialistes s’arrêtent là. La lutte pour remporter les suffrages de gauche se fera entre ces deux partis.
A ce jeu là, Pablo Iglesias a une longueur d’avance, il est crédité de près de 25% d’intention de vote. Quant à Alberto Rivera de Ciudadanos (centre-droit), il ne ferait que 14% selon les derniers sondages.

Quoi qu’il arrive le 26 juin, les trois opposants sont d’ores et déjà tombés d’accord pour sortir l’Espagne de la crise institutionnelle et réussir à dégager une majorité.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article