DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

6,5 millions de tonnes de plastique par an : le calvaire des océans

monde

6,5 millions de tonnes de plastique par an : le calvaire des océans

Publicité

Chercheurs et ONG s’inquiètent de plus en plus pour les espèces aquatiques dans le monde. Chaque été, les vacanciers cohabitent avec des tonnes de déchets échoués sur les plages. En plus de ces ordures rejetées par la mer, les baigneurs laissent sur la plage abandonnée, détritus et bouts de papier.

L’ONG européenne de protection des océans Surfrider a récemment dévoilé des chiffres alarmants. En 2015, l’association a ramassé presque 70 000 mégots sur les côtes françaises, ainsi que différentes sortes de déchets plastiques.

Au niveau mondial, on estime que 6,5 millions de tonnes de ces déchets plastiques se retrouvent dans les océans chaque année. La majeure partie de ces détritus a été portée par le vent et les pluies vers les cours d’eau, puis vers la mer. Une seconde partie est issue de la pollution directe des plages.

L’indigestion

Dans la nature, ces déchets deviennent une menace pour des milliers d’espèces animales. Premières victimes, les oiseaux marins, comme les mouettes ou les goélands, qui ne trouvent plus d’autre nourriture que les mégots et les morceaux de plastique.

De ce fait, l’estomac d’un oiseau sur deux est rempli de matières plastiques. Les espèces aquatiques souffrent également de ce fléau. Comme nous pouvons l’observer sur le graphique ci-dessous, vingt-trois baleines se sont échouées au Nord-Ouest de l’Europe entre le 9 janvier et le 1er février 2016. Leurs ventres ne contenaient rien d’autre que du plastique.

Dans l’eau, les débris d’un sac plastique peuvent ressembler à des méduses ou à des algues. Certains matériaux industriels, comme les granulés appelés “larmes de sirène” qui servent à la production d’objets en plastique, sont semblables aux oeufs de poissons. D’où la confusion des espèces animales qui ingèrent ces déchets.

Faire collecte, plutôt que bronzette

Sur l’infographie ci-dessous, on compte également la crème solaire diluée parmi les produits polluants les plus rejetés dans l’océan. 25 000 tonnes s’écoulent dans la mer chaque année. Les protections solaires attaquent et endommagent les récifs coraliens, lesquels subissent déjà les assauts des produits chimiques issus de nos canalisations et des bateaux en mer.

Pour sensibiliser à cette problématique, de nombreuses associations comme Mer Terre et Surfrider organisent régulièrement des collectes de déchets sur les plages. Celles-ci sont ouvertes à tous les volontaires motivés.

Prochain article