DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Italie : l'ascension fulgurante du Mouvement 5 étoiles

monde

Italie : l'ascension fulgurante du Mouvement 5 étoiles

Publicité

Il y a sept ans, l’humoriste italien Beppe Grillo fondait Le ‘‘Mouvement 5 étoiles’‘ (M5S) pour en finir avec les partis traditionnels. Un ovni politique devenu très vite la deuxième force au Parlement. Personnage atypique, volontiers provocateur, Grillo électrise les foules avec un discours populiste, profondément anti-système :

“Je ne voulais pas de ces barrières, lançait-il à ses militants ce 4 février 2013. Ils les ont mises pour vous protéger de moi, parce que c’est la barrière le symbole de l’Italie d’aujourd’hui. Je ne suis pas là pour vous raconter des histoires, je ne veux aucune voix. Vous avez entendu des tas de choses, tout et n’importe quoi. Depuis 1860, ils vous racontent des foutaises ici en Sicile.”

Dès 2007, Beppe Grillo commence à organiser des manifestations massives contre la classe politique. Des rassemblements baptisés “Vaffanculo Day”. C’est de ce ras-le-bol général que naît, en 2009, le Mouvement 5 étoiles. Le blog de Beppe Grillo se mue en espace de démocratie participative directe, où les militants sont invités à se prononcer sur les orientations politiques et à choisir les candidats.

Beppe Grillo pioche ses idées à droite comme à gauche : mise en place d’un revenu minimum, référendum pour sortir de la zone euro, lutte contre la corruption, mesures de relance pour les petites et moyennes entreprises, limitation des mandats électoraux, baisse des salaires des hommes politiques, réduction des financements aux partis et à la presse, Internet gratuit pour tous… Un programme varié qui séduit un large public.

Aux législatives de 2013, le Mouvement 5 étoiles remporte environ 25 % des voix, arrivant en troisième position derrière les coalitions de centre-gauche et de centre-droit, mais loin devant la coalition du président sortant Mario Monti.

Mais le Mouvement refuse toute alliance. En mai dernier, à la dernière minute, il renonce à soutenir l’union civile pour les couples homosexuels, pourtant approuvée par une large majorité de militants. A travers ce choix, le M5S veut éviter de s’aliéner les voix de la droite aux municipales et d’offrir une victoire politique au gouvernement, estiment les observateurs.

Même si le bouillonnant comique a pris sa retraite politique il y a 18 mois, il reste le garant, le juge suprême du mouvement, décrétant, à sa guise, les expulsions a travers son blog. Les élus locaux sont ainsi de plus en plus liés par un code de bonne conduite qui les oblige à demander l’autorisation pour chaque décision importante.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article