DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Plus de 65 millions de déracinés sur la planète, du jamais vu

monde

Plus de 65 millions de déracinés sur la planète, du jamais vu

Publicité

Triste record pour la Journée mondiale des migrations célébrée ce lundi :
le nombre de personnes contraintes de quitter leur foyer en raison des guerres, des persécutions ou de crises diverses dépasse les 65 millions.

Un nouveau bilan alarmant, que détaille le haut-commissaire aux réfugiés de l’ONU Filippo Grandi :

“Le chiffre a augmenté de 10% en un an : nous comptons aujourd’hui 65 millions de personnes déracinées. Les deux tiers de ces déracinés sont des déplacés, ce sont les plus difficiles à atteindre, et un tiers sont des réfugiés. 90% viennent de pays à faibles et moyens revenus, et la moitié des réfugiés sont des enfants.”

Ajoutons à ces statistiques de que les femmes et les jeunes filles constituent 70% des personnes déplacées.
Par ailleurs, les Syriens constituent le premier groupe de réfugiés. On estime qu’ils sont près de 5 millions à avoir fui, hors de leurs frontières, les violences de la guerre. Les Afghans sont ensuite les plus nombreux.

Ce flux de réfugiés, qui augmente de façon prononcée depuis 2011, s’accompagne d’un raidissement des politiques d’accueil dans de nombreux pays européens.

“Des barrières se lèvent partout, et là je ne parle pas seulement de murs, car au final, il n’y en a pas tant que ça, je parle des barrières législatives, qu’on voit apparaître, y compris dans des pays industrialisés, qui pendant longtemps ont été les bastions de grands principes, comme celui de défendre les droits fondamentaux liés à l’asile”, déplore Filippo Grandi.

Neuf pays africains et asiatiques (l‘Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, la Turquie, le Pakistan, l’Iran, le Liban, et la Jordanie) forment un ensemble qui accueille plus de la moitié des réfugiés de la planète.

L’Afrique est le continent qui en accueille le plus (4.41 millions). Vient ensuite l’Europe (4.39 millions), avec, toutefois, en son sein, de fortes disparités en matière de politiques d’accueil.

En Allemagne, des dizaines de milliers de personnes ont appelé samedi et dimanche à la diversité et à l’ouverture. Les manifestations, qui se sont tenues à Berlin, Leipzig ou Munich, avaient pour slogan “main dans la main contre le racisme”. Une réaction à l’hostilité exprimée par certains Allemands depuis l’arrivée de plus d’un million de réfugiés en 2015.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article