DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Brexit : des promesses difficiles à tenir

monde

Brexit : des promesses difficiles à tenir

Publicité

L’ancien maire de Londres et porte voix du Brexit, Boris Johnson, est assiégé par les journalistes qui évoquent les millions de Britanniques inquiets par le résultat du referendum et les promesses qui seront difficiles à tenir.

Les 350 millions de livres sterling que les partisans du Brexit s’engageaient à redistribuer chaque semaine vers le système de santé est l’une des promesses revues à baisse.

En réalité, le budget britannique alloué à l’Union Européenne est moins élevé et le leader du parti europhobe UKIP Nigel Farage a admis au lendemain du referendum qu’il s’agissait d’une erreur.

Récupérer le contrôle sur les frontièes du pays est un autre engagement difficile à mettre en place.

“Qu’on nous rende nos frontières, nos passeports et notre pays !” réclamait M. Farage durant la campagne. “Et si nous gagnons le 23 juin, nous en ferons le jour de l’indépendance de la Grande-Bretagne.”

Abolir la libre circulation des personnes et des marchandises se révèle dans les faits très complexe à mettre en oeuvre. Si la Grande-Bretagne souhaite conserver son accès au marché commun, c’est justement une condition indispensable à respecter et des élus pro-Brexit, comme Daniel Hannan, admettent que ce serait une erreur d’imaginer possible une immigration zéro en provenance de l’Union Européenne.

Enfin le retrait rapide de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne en cas de victoire du Brexit. Durant la campagne, les eurosceptiques s’y étaient engagés alors qu’aujourd’hui, ils disent au contraire vouloir laisser du temps au temps.

“C’est pour nous laisser le temps de décider quelles relations notre pays souhaite mettre en place que le Premier ministre a décidé que ce serait son successeur qui lancerait à l’automne la procédure prévue par l’article 50” explique ainsi le ministre britannique des Finances George Osborne.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article