DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bruxelles : quelle impulsion pour une Europe à 28-1 ?

monde

Bruxelles : quelle impulsion pour une Europe à 28-1 ?

Publicité

Suite et fin de la réunion des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ce mercredi à Bruxelles. Ils ne sont plus que 27, puisque le Premier ministre britannique a quitté la capitale belge ce mardi soir.
C’est la conséquence du Brexit.
Pour ceux qui restent, l’objectif est de définir un nouveau projet européen, redonner de l‘élan à une Union aujourd’hui paralysée, et surtout éviter toute tergiversation.

Pour ce faire, les dirigeants européens souhaitent que le cas britannique soit rapidement réglé.
Ce mardi, ils ont entendu les explications de David Cameron. Le chef du gouvernement britannique démissionnaire a indiqué qu’il laisserait à son successeur le soin d’activer la “clause de retrait” prévue par le Traité de Lisbonne.

Mais en face, les leaders européens ont fait savoir que la procédure de divorce devait désormais être engagée sans attendre.

Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker l’a rappelé dans la soirée, non sans une pointe d’agacement.

Ce que je ne comprends pas, c’est que ceux qui voulaient partir sont totalement incapables de nous dire ce qu’ils veulent. Mais j’espère que la notification du prochain gouvernement britannique arrivera le plus tôt possible.
Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne

Les dirigeants européens doivent recevoir dans la journée la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon.
Il s’agit de discussions informelles, voulues par Mme Sturgeon qui souhaite que la nation écossaise rejoigne l’Union européenne.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article