DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le point sur l'attentat à l'aéroport Atatürk d'Istanbul

monde

Le point sur l'attentat à l'aéroport Atatürk d'Istanbul

Publicité
  • Au moins 36 personnes ont été tuées et 147 autres ont été blessées mardi soir dans un triple attentat-suicide à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul, le plus fréquenté du pays.
  • Les autorités privilégient la piste du groupe Etat islamique.

Trois kamikazes

Trois assaillants sont arrivés à l’aéroport un peu avant 22h (19h GMT) selon les autorités. Le Premier ministre turc Binali Yildirim a indiqué que les trois hommes se sont rendus sur place en taxi. Ils ont rapidement ouvert le feu avec des fusils-mitrailleurs sur des passagers. Des fusillades entre les forces de sécurité présentes sur place ont ensuite éclaté. Les terroristes ont pris la direction de l’un des terminaux où ils se sont fait exploser. Sur une vidéo, mise en ligne sur les réseaux sociaux, l’un des terroristes apparait au sol, blessé par les policiers avant de déclencher sa ceinture d’explosif. A l’heure actuelle, toujours selon les autorités, les identités et les nationalités des auteurs de cet attentat restent inconnues.

Le bilan

Arrivé sur les lieux de l’attaque, le Premier ministre a indiqué que « 36 personnes ont perdu la vie ». Un autre ministre a fait état de 147 blessés. Pour l’heure, peu d’informations sont disponibles concernant la nationalité des victimes. Dans la matinée, l’Iran et l’Ukraine ont fait état de la mort d’un de leur ressortissant dans cet attentat. Des Saoudiens auraient été blessés selon des médias du royaume.

Un attentat perpétré par le groupe Etat islamique ?

L’attentat n’a pas été revendiqué. Mais Binali Yildirim, « les indices pointent Daech (acronyme arabe de l’EI) ».
Les assaillants de l’aéroport d’Istanbul ont utilisé un mode opératoire rappelant les attentats djihadistes ayant ensanglanté Paris en novembre (130 morts) et à Bruxelles (32 morts dans le métro et à l’aéroport) en mars. Depuis le début de l’année, Istanbul, la ville la plus peuplée de Turquie, a déjà été visée trois fois par des attaques.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article