DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Exit les sacs plastiques

monde

Exit les sacs plastiques

Publicité

Il aura fallu attendre plus de dix ans pour que cette mesure inscrite dans la loi sur la transition énergétique soit appliquée. À partir du 1er juillet, les sacs en plastiques à usage unique seront proscrits en France. Un amendement visant à interdire les emballages non-biodégradables dans le cadre du projet de loi d’orientation agricole avait été présenté en 2004 et voté en 2010, mais cette interdiction n’a jamais été appliquée. C’est désormais chose faite. La mesure s‘étend à tous les commerces : supermarchés, mais aussi pharmacies, boulangeries, stations-service, marchés couverts ou de plein air.

Dans six mois, une nouvelle étape sera franchie et les sacs ultra fins utilisés pour les fruits et légumes seront eux aussi supprimés. Seuls les sacs en papier ou “biosourcés”, c’est-à-dire composés en partie de matière organique, et “compostables de manière domestique” seront alors autorisés.

Selon le gouvernement français, 5 milliards de sacs fins en plastique —dont l‘épaisseur est inférieur à 50 micromètres— sont distribués aux caisses et 12 milliards sont utilisés pour emballer les fruits et légumes. Une grande partie finit dans les océans et affecte durablement la biodiversité marine. Une catastrophe pour la faune marine qui les absorbe, mais aussi pour l’environnement puisque ces sacs viennent alimenter les colossales “mers” de plastique formées par de grands courants marins. Un sac en plastique met entre 100 et 400 ans à se dégrader dans la nature.

Et dans le reste de l’Europe ?

En moyenne, chaque citoyen de l’Union européenne utilise près de 200 sacs en plastique chaque année. Il s’agit en règle générale de sacs à usage unique. Les Danois ou les Finlandais consomment quatre sacs par habitant et par an, les Français 80, les Portugais et les Polonais plus de 400.

L’Europe espère réduire de façon drastique la consommation de sacs en plastique dans la prochaine décennie. l’Union européenne impose déjà depuis avril 2015 aux États membres de rendre payants les sacs fins non-biodégradables au plus tard le 31 décembre 2018 ou de prendre les mesures nécessaires pour réduire leur consommation annuelle à 90 sacs par habitant et par an fin 2019.

Depuis 2011, l’Italie a réduit de 50 % l’utilisation des sacs plastiques jetables. Seuls les sacs en matières biodégradables ou en papier sont désormais autorisés.

Certains pays comme la Belgique ont mis en place des taxes qui ont largement contribué à faire chuter l’utilisation des sacs à usage unique. Même constat pour L’Irlande qui a déjà réduit de 80 % l’usage des sacs en plastique grâce à une taxe de 22 centimes. Une taxe de 7 centimes d’euro par sac a également été instaurée au Royaume-Uni en octobre dernier.

De son côté, l’Allemagne a opté pour la dissuasion par le prix. Les consommateurs paient désormais leurs sacs en plastique entre 10 et 20 centimes d’euro.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article