DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Levée de rideau sur le nouveau billet de 50 euros

économie

Levée de rideau sur le nouveau billet de 50 euros

Publicité

C’est la coupure la plus utilisée en zone euro : le billet de 50 euros fait peau neuve. La Banque centrale européenne a dévoilé son nouveau look ce mardi.

Un défi aux faux-monnayeurs

Il s’inscrit dans la série Europe, repérable à sa fenêtre qui laisse apparaître par transparence un portrait de la mythique princesse grecque. Sa robe est ocre et porte le fameux numéro émeraude en caractères brillants qui changent de couleur selon l’inclinaison. Autant de défis aux faux-monnayeurs.

Production locale

Le nouveau billet de 50 euros entrera progressivement en circulation à partir du 4 avril 2017. Son espérance de vie est estimée à 4 ans et son coût de production entre 6 et 10 centimes d’euros l’unité. Il sera fabriqué par les banques centrales nationales des 19 pays de la zone euro.

La reine des coupures

Au cours des 15 dernières, la popularité du billet de 50 euros a quadruplé : plus de 8,5 milliards de coupures sont actuellement en circulation – c’est 45% du total ! Un succès alimenté par l’Allemagne et l’Autriche où l’on se méfie des paiements électroniques qui laissent des traces. Rien de tel que l’argent physique : 80% des achats réalisés par les Allemands et les Autrichiens sont réglés en liquide.

Un Allemand transporte en moyenne une centaine d’euros dans son portefeuille. Après conversion, on constate qu’un Américain n’a jamais plus de 40 euros en liquide, et un Suédois, 20 euros environ.

L’argent papier est là pour rester

Avec la nouvelle coupure de 50 euros, la Banque centrale européenne veut souligner son attachement à la monnaie fiduciaire et ainsi rassurer Berlin et Vienne, échaudés par l’annonce en mai de la disparition programmée du billet de 500 euros. La grosse coupure était en effet soupçonnée de faciliter les activités illicites. Mais l’Allemagne et l’Autriche redoutaient que cette décision ne soit un prélude à la disparition de l’argent physique.

Le billet de 50 euros n’est pas le premier à bénéficier d’une cure de jouvence.Depuis 2013, les coupures de cinq, dix et vingt euros sont déjà passés par là. Puis viendra le tour des coupures de 100 et 200 euros.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article