DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Euro 2016 : le Portugal fait pleurer la France

the corner

Euro 2016 : le Portugal fait pleurer la France

Publicité
  • Portugal 1 – 0 France
  • Buteur : Eder (109e minute)

Il était dit que ce championnat d’Europe des surprises se terminerait par une surprise. Et ce fut le cas avec la victoire en finale du Portugal aux dépens de la France, le pays organisateur. La Seleçao l’emporte 1 à 0 après prolongation pour s’adjuger son premier titre majeur et priver les Bleus d’un nouveau sacre à domicile.

Domination stérile des Bleus

Dans le rôle du héros, on attendait plutôt Cristiano Ronaldo qu’Eder. Et pourtant, c’est l’attaquant de Lille, entré en jeu à la place de Renato Sanchez, qui fait chavirer de bonheur tout le Portugal en trouvant la faille à la 109e minute. Il trompe Hugo Lloris d’une frappe puissante des 20 mètres au ras du poteau. Il y avait déjà eu une sérieuse alerte une minute plus tôt avec un coup-franc de Raphaël Guerreiro sur la barre transversale.

Le reste du temps, ce sont les Bleus qui se sont procuré les meilleures occasions avec des têtes d’Antoine Griezmann (10e et 66e), des tirs de Moussa Sissoko (22e, 34e et 84e) ou des tentatives d’Olivier Giroud (58e et 75e). A l’entame du dernier quart d’heure, l’attaquant d’Arsenal cède sa place à André-Pierre Gignac qui a une balle de match dans les arrêts de jeu, mais qui trouve le poteau…

Ronaldo, maudit puis béni

Le capitaine de la Seleçao Cristiano Ronaldo, touché au genou après un contact avec Dimitri Payet, sort du terrain en pleurs et sur une civière dès la 25e minute. A ce moment-là, il pense revivre le cauchemar de 2004 avec cette défaite en finale de l’Euro à domicile face à la Grèce. Sauf que cette fois, c’est la France qui s’incline devant son public.

Fin de série pour les Bleus qui avaient remporté les derniers tournois joués sur leur sol – l’Euro 84 et le Mondial 98 – et qui avaient remporté leurs précédentes finales en championnat d’Europe – il y a 16 et 32 ans. Au vu du scénario de la rencontre, et après avoir vaincu leur bête noire, l’Allemagne, en demi-finale, c’est d’autant plus rageant.

Trois choses à savoir

  • Didier Deschamps avait aligné le même onze de départ qu’en quart et en demi-finale.
  • Le Portugal n’avait plus battu la France depuis 1975.
  • Cristiano Ronaldo n’a touché que huit ballons avant sa sortie du terrain.

L’homme du match : Rui Patricio

Le gardien du Sporting a multiplié les parades et fini par écoeurer les attaquants français. Au total, il n’a encaissé que cinq buts durant le tournoi.

Un MVP nommé Griezmann

Ses coéquipiers et le grand public l’affublent d’un surnom, “Grizou”, un “Grizou” qui a multiplié les coups durant ce tournoi. Discret au premier tour avec un seul but inscrit, l’attaquant de l’Atlético Madrid est monté en puissance au fil des matches avec un doublé en huitième de finale, un but en quart et un autre doublé en demi-finale face à l’Allemagne.

Son association avec Giroud qui a joué en pointe et en pivot tandis que Griezmann se tenait plus en retrait pour profiter des espaces a porté ses fruits. Bon de la tête – c’est comme ça qu’il a marqué contre l’Albanie et l’Irlande -, adroit balle au pied et capable de résister à la pression – comme le prouve son pénalty transformé contre l’Allemagne -, il est la nouvelle coqueluche du public français.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article