DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Assemblée nationale vote la prolongation de l'état d'urgence pour six mois

monde

L'Assemblée nationale vote la prolongation de l'état d'urgence pour six mois

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Après l’attentat de Nice, cela ne faisait aucun doute : l’Assemblée nationale a voté la prolongation de l‘état d’urgence pour six mois.

En vigueur depuis les attentats du 13 novembre, c’est la quatrième fois que le Parlement est appelé à prolonger ce régime d’exception, qui devait normalement prendre fin ce mois-ci.

Le projet, présenté au Sénat ce mercredi, a fait l’objet de débats houleux au sein des députés, durant une bonne partie de la nuit de mardi à mercredi.

Beaucoup ont profité de la tribune pour reprocher au gouvernement de “jouer petit bras“ en matière de lutte contre le terrorisme, comme Charles de La Verpillière (Les Républicains, Ain). “Vous n’avez pas réussi à protéger les Français, ce n’est pas un procès personnel, mais un constat“, a quant à lui lancé Eric Ciotti (député LR des Alpes-Maritimes) à Manuel Valls, estimant que “le contrat social est rompu“ et que “la confiance envers ceux qui nous dirigent est irréversiblement brisée“. Pour le député LR des Alpes-Maritimes, “c’est la guerre civile ou l’aventure extrémiste qui nous guette“.

Malgré les tensions et les points de discorde, le projet de loi a finalement été approuvé à la quasi unanimité, à 489 voix contre 26 et 4 abstensions.

Nous nous posons les mêmes questions (que les Français) : est-ce que tout a été fait ? Est-ce que nous pouvons répondre, en les regardant ces victimes, ces hommes, ces femmes qui ont perdu leurs enfants ? a déclaré le Premier ministre à l’hémicycle. Mais nous devons élever le débat, fuir la démagogie, car les populismes rôdent. Ceux qui promettent qu’on peut tout régler d’un coup de baguette magique mentent aux Français. Combattre le terrorisme est un combat de longue haleine.

Sur son compte Twitter, Manuel Valls défend l’efficacité et l’utilité de l‘état d’ugence, légitimant également certaines mesures qui ont déjà fait polémique en France, comme la possibilité de saisir les données électroniques.

Le projet de loi prévoit notamment la fouille des bagages et des véhicules, sans instruction du procureur. Le texte est présenté au Sénat ce mercredi, où la majorité de droite entend le durcir.

Six jours après l’attaque sur la Promenade des Anglais, qui a fait 84 morts et plus de 300 blessés, cinq personnes sont toujours en garde à vue. Un homme a été relâché, tandis qu’un autre a vu sa garde à vue prolongée de quatre jours. Une mesure qui intervient uniquement en cas de menace d’attentat terroriste immiment.

Toutes les victimes ont par ailleurs été identifiées. Une trentaine sont des musulmans, en majorité franco-tunisiens. Fauchés par le camion de Mohamed Lahouaij-Bouhlel, lui-même né en Tunisie.

avec AFP

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article