DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Zika : premier nouveau-né atteint de microcéphalie due au virus en Europe

monde

Zika : premier nouveau-né atteint de microcéphalie due au virus en Europe

Publicité

C’est une première en Europe : un enfant atteint de microcéphalie liée au virus Zika est né à Barcelone, en Espagne.

Le bébé a une circonférence crânienne en-dessous de la normale, l’une des malformations caractéristiques du virus, qui s’accompagne d’un développement insuffisant du cerveau.

Les parents se sont dit malgré tout “très heureux“ et l‘équipe médicale s’est voulue rassurante.

Le bébé est stable et n’a pas besoin d’assistance respiratoire. Il est actuellement en observation au service néonatal de l’hôpital. Ses constantes sont bonnes et stables“, a déclaré Félix Castillo, directeur du service de néonatologie de l’hôpital Vall d’Hebron de Barcelone.

Cette année, un autre cas avait été détecté en Slovénie, mais les parents de l’enfant avaient décidé d’avorter. A New York, un premier cas d’enfant présentant une microcéphalie liée au virus a aussi été enregistré la semaine dernière.

La mère de l’enfant né à Barcelone avait été diagnostiquée en mai dernier, mais avait choisi de poursuivre sa grossesse. Elle rentrait alors d’un voyage en Amérique latine, le continent le plus touché par le virus avec les Caraïbes. Plus de 90 millions de personnes auraient été infectées jusqu‘à présent.

L‘épidémie de Zika – un virus transmis par le moustique Aedes aegypti, mais également par voie sexuelle, et de la mère à l’enfant qu’elle porte – est apparue en 2015 et s’est rapidement étendue à tous les pays d’Amérique latine.

En Europe, l’Espagne est en première ligne car près de 21% des étrangers qui y habitent viennent de cette zone avec laquelle ils gardent des liens étroits.

L’Organisation mondiale de la santé craint une propagation “explosive” de Zika ces prochains mois, en particulier au Brésil, où environ 1,5 million de personnes sont infectées. De quoi inquiéter une partie de l’opinion à dix jours des Jeux de Rio….

Selon une étude parue lundi dans la revue Nature Microbiology, elle pourrait causer des malformations comme la microcéphalie, ou d’autres affections, chez des “dizaines de milliers“ de bébés. Parmi les autres risques liés au virus figurent divers troubles neurologiques, des retards de croissance ou même la mort du fœtus.

avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article