DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Solar Impulse boucle son tour du monde : victoire écologique et message politique

monde

Solar Impulse boucle son tour du monde : victoire écologique et message politique

Publicité

Une meute de journalistes en guise de comité d’accueil, pour un atterrissage tout en douceur et surtout en silence.
Il est 4h du matin ce mardi quand Solar Impulse se pose à Abu Dhabi.
Il a quitté Le Caire samedi.

Avec cette dernière et ultime étape, il boucle son tour du monde avec escale amorcé en mars 2015, sur ce même tarmac.
Après 17 escales, il affiche près de 40 000 kilomètres au compteur.

“Ce tour du monde historique avec un avion alimenté seulement par l‘énergie solaire n’est pas seulement une victoire pour l’aviation, c’est une victoire pour l’utilisation des énergies renouvelables à grande échelle”, commente Rita Del Prete, correspondante d’euronews à Dubaï.

Solar Impulse représente douze années de recherche pour ses deux concepteurs Bertrand Piccard (psychiatre et aérostier) et André André Borschberg (pilote). Mais le projet, et son aboutissement, véhicule aussi un message politique : il est possible de lutter contre le réchauffement climatique grâce aux technologies vertes.

“Je veux créer le Comité international des technologies propres , parce que c’est quelque chose qui n’existe pas. Il n’y a pas de réunion des acteurs des “cleantech” pour avoir un peu plus de pouvoir, une voix commune et de l’influence sur les gouvernements”, clame Bertrand Piccard.

Plus de 400 organisations environnementales, entreprises ou associations ont déjà répondu présent selon Bertrand Piccard.
Son partenaire André Borschberg veut quant à lui lancer un projet de drone solaire.
Après le succès Solar Impule, les projets fusent.

“Nous avons des partenaires qui ont non seulement financé le projet, mais aussi apporté les technologies, et c’est vraiment une application, une mise sur le marché de tout cela qui fait voler Solar Impulse jour et nuit sans carburant. Et c’est de cela que notre monde a besoin”, poursuit Bertrand Piccard.

Avec ses 17 000 cellules solaires et ses batteries au lithium, l’aéronef né de l’imagination de deux hommes a traversé deux océans et établit un autre record : celui du plus long vol en solitaire sans ravitaillement et sans escale pour relier Nagoya, au Japon, à Hawaii, soit près de 9000 kilomètres, réalisés en cinq jours et cinq nuits.
Mais là n’est pourtant pas l’essentiel.

“Quand vous établissez simplement un record, vous battez quelqu’un qui a déjà fait la chose, vous essayez de faire mieux, mais vous savez que c’est possible. Quand vous faites une première, vous ne savez pas si c’est possible, personne ne l’a fait avant vous. Je trouve que c’est là la motivation principale pour toute notre équipe, et aussi pour les gens qui nous ont suivi, ils ont vu comment on est arrivé à transformer quelque chose qui était considéré comme impossible par les spécialistes, en quelque chose de possible. Et c’est pour ça qu’aujourd’hui, je suis tellement heureux, d’avoir montré que c‘était possible.”

Avec agences

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article