DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

USA : le parti républicain sur le fil après la polémique "Khantroversy"

S'attaquer à la famille d'un soldat est tabou aux Etats-Unis. Donald Trump en fait payer le prix à son parti.

Vous lisez:

USA : le parti républicain sur le fil après la polémique "Khantroversy"

Taille du texte Aa Aa

S’attaquer à la famille d’un soldat est tabou aux Etats-Unis.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Vous avez vous-même un fils dans l'armée. Comment pouvez-vous tolérer ce manque de respect ?"

La mère du capitaine Khan à Mike Pence

Le colistier de Donald Trump joue aux équilibristes après les propos du candidat républicain à l’encontre des parents d’un officier musulman, mort en Irak.

Après avoir été critiqué par le père du soldat lors de la convention démocrate, Trump avait répliqué en insinuant que la mère avait été forcée au silence à cause de sa religion musulmane.

Vous avez vous-même un fils dans l’armée. Comment pouvez-vous tolérer ce manque de respect ?“, s’est indigné Catherine, la mère du militaire disparu, en s’adressant à Mike Pence lors d’un rassemblement du parti républicain dans le Nevada. La foule présente a répondu par des huées en entendant les critiques à l’encontre de Donald Trump.

Le capitaine Khan est un héros américain, nous l’honorons lui et sa famille, comme nous honorons toutes les familles des soldats morts au combat a tenté de temporiser Mike Pence. J’ai passé beaucoup de temps avec notre candidat, et je peux vous assurer que je n’ai jamais côtoyé quelqu’un de plus attaché aux forces armées de ce pays, aux familles des soldats, que ce soit les marins, les pilotes, les gardes-côtes ou les vétérans.

Tout en essayant de redorer l’image du candidat, Mike Pence a défendu la liberté de parole et de critique de la mère du soldat disparu. Le capitaine Khan était mort en 2004 en tentant de protéger ses hommes. Sa mère a expliqué qu’elle n’avait en effet pas pris la parole à la convention démocrate, comme l’a fait son mari

Se moquer de la mère d’un soldat tué au combat “dépasse les limites“, s’est insurgée la puissante association d’anciens combattants américains à l‘étranger (VFW). Il y a à peine une semaine, certains de ses 1,7 million de membres avaient applaudi Donald Trump lors d’une rencontre. Lundi, son président Brian Duffy a taclé le candidat, affirmant que “quand on touche à certains sujets sacrosaints, il n’y a aucun talent rhétorique qui puisse réparer“ les dégâts.

Des voix se font aussi entendre chez les républicains, le sénateur McCain, lui même vétéran et ancien prisonnier de guerre, a été outré. Sa fille pourtant républicaine a annoncé qu’elle allait voter pour Hillary Clinton.

Sur Twitter, les Américains sont nombreux à commenter et à alimenter la polémique, en utlisant le #Khantroversy, jouant sur les similitudes avec le mot “controversy” (controverse).

avec Agences