DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rio-2016 : la technique du "cupping" fait des vagues

monde

Rio-2016 : la technique du "cupping" fait des vagues

Publicité

Mais que sont donc les tâches rouges sur le dos de Michael Phelps ? La question taraudait les observateurs des compétitions olympiques.
Or, la réponse tient un mot : “cupping”, terme anglais qui fait référence à une technique de soins issus de la médecine traditionnelle chinoise.

>> Qu’est-ce que le «cupping»

La nageur américain y a recours depuis un an, tout comme d’autres sportifs de haut niveau.

Le principe : mettre des ventouses reliées à une pompe sur sa peau.
Cette technique est censée soulager l’effort musculaire.

Ces ventouses médicinales permettent d‘éviter la stagnation du sang dans les muscles. Quand le sang stagne, cela peut engendrer une série de problèmes musculaires, jusqu‘à l’inflammation. Or, là, avec cette technique, le sang arrive vers la surface de la peau. Et cela favorise la circulation. Les muscles gagnent donc en liberté de mouvement.
Erika Weber, spécialiste en acupuncture

effet placebo ?

Est-ce que cela marche vraiment ou est-ce un placebo ?
Il y a effectivement une dimension psychologique“, reconnaît un des médecins de l‘équipe américaine de natation.

En tout cas, cela n’a pas empêché Michael Phelps de remporter dimanche sa 23ème médaille olympique, la 19ème en or, sur le 4×100m.

Hollywood s’y est mis

Cette technique du “cupping” a même séduit certaines stars d’Hollywood (Gwyneth Paltrow, Jennifer Aniston…), qui y voient sans doute une source de bien-être. Tant pis pour les traces pas très glamour laissées par les ventouses…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article