DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : 14 morts et près de 300 blessés dans des attentats imputés au PKK

monde

Turquie : 14 morts et près de 300 blessés dans des attentats imputés au PKK

Publicité

Journée sanglante en Turquie où une série d’attentats a causé la mort d’au moins 14 personnes et fait près de 300 blessés. Une campagne d’attaques terroristes imputée par Ankara au PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan.

A Elazig, une voiture piégée a explosé, tuant cinq personnes. C’est le siège de la police qui était visé dans cette province non kurde de l’est du pays. Elazig était jusqu‘à présent épargnée par les ravages du conflit kurde. L’attentat a provoqué d’importants dégâts sur le bâtiment de quatre étages et à l’extérieur. Rien qu’ici, 217 personnes ont été blessées. La plupart ont été hospitalisées.

Le Premier ministre Binali Yildirim s’est rendu sur place pour constater lui-même les dégâts matériels et surtout pour témoigner aux blessés sa solidarité.
Il était accompagné de plusieurs ministres.

Pas de revendication mais pour lui, comme pour le président Erdogan, aucun doute : ces attentats portent bien la marque du PKK.

Une autre attaque a fait six morts à Bitlis, dans le sud-est : cinq soldats et un militant kurde anti-PKK.

Enfin, à Van, dans la nuit de mercredi à jeudi, trois personnes, deux civils et un policier, ont été tués lorsqu’une voiture piégée a explosé.
Pour la première fois, ces attaques touchent des régions où la population n’est pas à majorité kurde.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article